À Grenoble : « On soutiendra quand même Éric »

À Grenoble, la municipalité Piolle a parfois déçu les attentes citoyennes. Mais la plupart des activistes, même chez les plus sévères, saluent ses avancées et envisagent de reconduire le maire à son poste.

Patrick Piro  • 12 février 2020 abonné·es
À Grenoble : « On soutiendra quand même Éric »
La BatukaVI, groupe de percussions de jeunes de la Villeneuve, a acquis une notoriété internationale.© Willy Lavastre

Mars 2014, Grenoble devient le cœur palpitant de la scène politique française. Avec l’élection d’Éric Piolle, la voici seule ville française de plus de 100 000 habitants dirigée par un maire écologiste. Et grâce à un Meccano qui jure avec la cuisine habituelle des partis : la liste victorieuse, et largement, est née d’une alliance suscitée par des mouvements citoyens locaux comme l’Association pour la démocratie, l’écologie et la solidarité (Ades), auxquels se sont articulés EELV et une grande partie du Front de gauche. Les tracts promettaient une ville écologique, solidaire, juste, citoyenne. Grenoble est dans la foulée promue laboratoire d’une « transition » municipale de grande échelle.

Six ans plus tard, le bilan présente incontestablement de belles pièces, alors qu’Éric Piolle postule à un second (et dernier) mandat. Sans surprise, le panier écologique est bien garni. Grenoble arrive au deuxième rang (derrière

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)