Adieux à la recherche

« Je ne suis pas heureux dans ce que je fais » Pierre* 26 ans, thésard en physique J’arrive vers la fin de ma troisième année de thèse et je ressens un mélange d’énervement, de dépression et de mal-être. J’ai toujours eu besoin de stimulation intellectuelle et, au fil de mes études, la thèse en physique sonnait comme une évidence. Mais voilà, je ne suis pas heureux dans ce que je fais. J’effectue mes recherches dans une profonde solitude, sans réel soutien collectif. L’avenir bouché et sans perspectives…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents