Bien-être animal, aller plus loin que la com’

Alors que s’ouvre le Salon de l’agriculture, le plan du ministre apparaît très frileux. Au Sénat, Esther Benbassa propose une loi ambitieuse pour organiser la transition vers un élevage éthique.

Promis depuis le mois d’octobre 2019, le « plan gouvernemental pour la protection et l’amélioration du bien-être animal » a finalement fait son apparition fin janvier, annoncé par un ministre de l’Agriculture assez fier de ses quinze mesures, labellisées « priorités du gouvernement ». Ce que tout le monde en a retenu ? L’interdiction de la castration à vif des porcelets et du broyage des poussins en 2021. Des objectifs salutaires certes, mais les associations attendaient plus de cadres réglementaires, plus…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.