Écrire pour ne pas mourir

En pleine épidémie de sida, des prostituées ont écrit leurs revendications en matière de santé. Un ouvrage reproduit leurs lettres, qui, il y a 30 ans, ont donné naissance au Bus des femmes.

Le 27 novembre 1990, à deux pas de la rue Saint-Denis, haut lieu de la prostitution parisienne depuis l’Ancien Régime, un bus rouge anglais à impériale est entouré de nombreuses femmes, joyeuses, un gobelet de champagne à la main. Claude Évin, ministre de la Santé du gouvernement Rocard, est présent. Le Bus des femmes – dont l’action se poursuit aujourd’hui, en dépit de difficultés financières dues aux réductions budgétaires ministérielles – vient de voir le jour et va bientôt sillonner les rues de la…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents