En Allemagne, retraite réformée, seniors paupérisés

Trente ans de changements de régime ont fragilisé des millions de personnes âgées. Le gouvernement veut y remédier, mais le système, complexe et illisible, est loin d’être à la hauteur de l’enjeu.

En Allemagne aussi, depuis trente ans, les réformes des retraites se suivent et se ressemblent. Les unes après les autres, elles conduisent à réduire les pensions. Le résultat ? « La pauvreté des seniors s’est clairement accentuée. Il y a aujourd’hui en Allemagne trois millions de personnes de plus de 65 ans qu’on peut qualifier de pauvres », affirme Matthias Birkwald, député du parti de gauche Die Linke au -Bundestag.

La part des plus de 65 ans qui vivent sous le seuil de pauvreté (avec moins de 60 % du revenu médian) est passée en Allemagne de 14 % en 2010 à plus de 18 % en 2018 (1). C’est plus du double du taux en France, où un peu plus de 8 % des plus de 65 ans vivent sous le seuil de pauvreté (selon Eurostat). Dans la population totale, le taux de pauvreté allemand n’a augmenté dans la même période que de 15,6 à 16 %. « Selon des estimations, il y aura encore une augmentation de la pauvreté des seniors jusqu’en 2030. Sans mesures politiques pour contrer le phénomène, cela va devenir un réel problème », analyse Florian Blank, analyste à l’institut de recherches économiques et sociales de la Fondation Hans-Böckler.

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.