Escroquerie nationale

Le discours de Marine Le Pen réclamant la suppression du projet de réforme des retraites contraste avec l’inaction du Rassemblement national lors des débats.

Michel Soudais  • 12 février 2020
Partager :
Escroquerie nationale
© Philippe LOPEZ / AFP

Le lièvre a été soulevé le 8 février par la députée Clémentine Autain (LFI), lors d’une séance de la commission spéciale sur la réforme des retraites. « Nous n’avons pas vu Marine Le Pen et l’extrême droite venir dans notre commission défendre leur position », a pointé la députée de Seine-Saint-Denis. « Pour s’opposer, pas de souci mais pour venir pied à pied discuter du contenu […]_, je constate qu’il n’y a strictement personne sur les bancs de notre commission et sans doute la semaine prochaine. »_ En 19 séances de débats, le représentant de ce parti, Sébastien Chenu, avait bien montré le bout de son nez à deux reprises mais pas le son de sa voix.

Cette inaction contraste avec le discours de Marine Le Pen réclamant régulièrement sur les plateaux la suppression du projet du gouvernement. L’héritière du FN estime sans doute avoir d’autres chats à fouetter, occupée qu’elle est à soutenir ses candidats aux municipales et, surtout, tendre la sébile à ses supporters pour rembourser un prêt de 9,14 millions d’euros qu’une firme russe réclame en justice à son parti.

Les amendements qu’elle a déposés, avec les quatre autres députés de sa formation (Sébastien Chenu, Louis Aliot, Bruno Bilde et Ludovic Pajot), se contentent de demander la suppression de chacun des 65 articles du projet de loi. Avec un unique exposé des motifs répété 65 fois, à la virgule près : « Cette réforme de retraite remet en cause le modèle social français hérité du Conseil national de la Résistance. Sa principale ambition étant de faire baisser la part des dépenses de retraites dans le PIB (de 13,8 % actuellement à 12,9 % en 2050, p 176 de l’étude d’impact) alors que le nombre de retraités ne va pas baisser, ce qui impliquera mécaniquement une baisse importante des pensions et donc une paupérisation des retraités. Ce modèle de société n’étant pas celui souhaité par la majorité des Français, il convient de supprimer cet article. »

L’argument n’est pas faux, mais aussi court que pauvre. Et l’absence des députés RN, comme l’a bien noté Clémentine Autain, « n’est pas totalement anodine ». Car ce mutisme leur évite d’expliquer sur quelles bases et en fonction de quel projet de société ils rejettent le projet du gouvernement. Le RN n’a en effet, à ce jour, présenté aucun contre-projet, contrairement à ce que les formations de gauche ont fait ensemble ou concurremment. En sorte que son opposition ne dit rien de ce qu’il mettrait en œuvre pour autoriser, comme il le promet, un départ en retraite à 60 ans après 40 annuités de cotisation. La soi-disant « première opposante » est la dernière proposante. En démocratie, cela tient de l’escroquerie. Il était utile de le rappeler.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian