Dossier : Municipales : Intercommunalité ne rime pas avec démocratie

Municipales : Intercommunalité ne rime pas avec démocratie

Obligatoires depuis dix ans, les communautés de communes, dont les compétences sont de plus en plus vastes, sont gérées entre élus, très loin du regard et du vote citoyen. Une dépolitisation généralisée, qui encourage les marchandages et empêche les alternances de majorité.

Une élection peut en cacher une autre. Les 15 et 22 mars, Françaises et Français sont appelé·es à renouveler le conseil municipal de leur commune mais également, pour 84 % de l’électorat, les conseils communautaires des communautés de communes, d’agglomération ou de métropole dont ils dépendent. Cette seconde élection au suffrage direct dans les communes de plus de 1 000 habitants n’est pas moins importante, l’échelon communautaire ayant pris le pas sur l’échelon municipal dans bien des domaines et pour…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.