Municipales : Intercommunalité ne rime pas avec démocratie

Obligatoires depuis dix ans, les communautés de communes, dont les compétences sont de plus en plus vastes, sont gérées entre élus, très loin du regard et du vote citoyen. Une dépolitisation généralisée, qui encourage les marchandages et empêche les alternances de majorité.

Michel Soudais  • 19 février 2020 abonné·es
Municipales : Intercommunalité ne rime pas avec démocratie
©Particularité du Grand Lyon : ses 150 conseillers métropolitains sont élus au suffrage universel direct, dans un scrutin distinct de celui des municipales. Robert Grahn / EUROLUFTBILD/AFP

Une élection peut en cacher une autre. Les 15 et 22 mars, Françaises et Français sont appelé·es à renouveler le conseil municipal de leur commune mais également, pour 84 % de l’électorat, les conseils communautaires des communautés de communes, d’agglomération ou de métropole dont ils dépendent. Cette seconde élection au suffrage direct dans les communes de plus de 1 000 habitants n’est pas moins importante, l’échelon communautaire ayant pris le pas sur l’échelon municipal dans bien des domaines et pour nombre de compétences. Elle est pourtant largement ignorée, et notamment par Emmanuel Macron. Lors de ses vœux aux Français le 31 décembre, le président de la République a égrené les échéances électorales qui vont rythmer la deuxième partie de son mandat : « municipales, sénatoriales, départementales, régionales puis présidentielle ». Manquaient à cette litanie les élections communautaires de 2020.

L’impensé présidentiel est aussi de manière plus surprenante celui de trop nombreux candidats aux municipales. Un oubli coupable au regard de l’information que ces derniers doivent aux électeurs. Car nombre de thèmes sur lesquels ils s’engagent (transports urbains, urbanisme, environnement, collecte des déchets, développement économique et touristique, équipements culturels…) feront l’objet d’une codécision à l’échelle de l’intercommunalité. Les compétences des intercommunalités urbaines comme rurales, qu’elles soient obligatoires, optionnelles ou facultatives, se sont encore renforcées durant la dernière mandature et sont de plus en plus conséquentes. Sans aucunement songer à consulter les électeurs ou à les associer à ces évolutions.

« Historiquement, l’intercommunalité s’est faite sans les citoyens, et on l’a fait grossir sans introduire les citoyens », rappelle Aurélia Troupel, maître de conférences

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc