Vers une révolution sexuelle au Sénégal ?

En zone rurale, la promotion de la contraception passe par des émissions de radio et de télévision. Malgré des freins culturels et religieux, l’impact est positif sur les droits des femmes et la jeunesse.

Louise Pluyaud (collectif Focus)  • 5 février 2020 abonné·es
Vers une révolution sexuelle au Sénégal ?
Beaucoup de jeunes filles n’osent pas se rendre dans les centres de santé (ici à Rufisque, près de Dakar), car elles s’y sentent stigmatisées.© Louise Pluyaud

Mboro, une zone rurale à 100 kilomètres de Dakar. Posté dans une étroite salle de régie, derrière une vitre transparente, le technicien fait signe à l’animateur de l’émission « Fagaru mo gueune Fadju » (« Mieux vaut prévenir que guérir », en wolof) de démarrer.

« Chers auditeurs, au Sénégal, parler de sexe demeure un sujet tabou, alors que, exposés à Internet, les jeunes sont devenus plus vulnérables. Ils sont confrontés aux grossesses non désirées, aux MST… Aujourd’hui, quelles sont les solutions pour favoriser le dialogue ? C’est le débat de ce matin. » Parmi les invités, un membre de l’association laïque des -Éclaireuses et éclaireurs du Sénégal, un enseignant au collège public et une sage-femme. Tous trois sont des habitués de ce programme dédié à la santé diffusé sur Niayes FM, la radio communautaire de Mboro. « Avant sa création, en 2012, nous avions constaté un réel déficit d’informations.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 10 minutes