Vers une révolution sexuelle au Sénégal ?

En zone rurale, la promotion de la contraception passe par des émissions de radio et de télévision. Malgré des freins culturels et religieux, l’impact est positif sur les droits des femmes et la jeunesse.

Mboro, une zone rurale à 100 kilomètres de Dakar. Posté dans une étroite salle de régie, derrière une vitre transparente, le technicien fait signe à l’animateur de l’émission « Fagaru mo gueune Fadju » (« Mieux vaut prévenir que guérir », en wolof) de démarrer. « Chers auditeurs, au Sénégal, parler de sexe demeure un sujet tabou, alors que, exposés à Internet, les jeunes sont devenus plus vulnérables. Ils sont confrontés aux grossesses non désirées, aux MST… Aujourd’hui, quelles sont les solutions pour…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.