Amazon ferme ses sites français pendant cinq jours

Condamné hier par le tribunal judiciaire de Nanterre à réévaluer ses mesures sanitaires, Amazon a annoncé la fermeture de ses entrepôts jusqu’au 20 avril.

Victor Le Boisselier  • 15 avril 2020
Partager :
Amazon ferme ses sites français pendant cinq jours
© Photo : THOMAS SAMSON / AFP

Cinq jours pour nettoyer les sites et évaluer les risques encourus pour les travailleurs. Voilà l’issue de la réunion de cet après-midi entre la direction d’Amazon et les représentants du personnel. Du 16 au 20 avril, les entrepôts du géant du e-commerce seront donc fermés pour mener à bien cette mission. Une fermeture demandée depuis le début de l’épidémie par les syndicats. C’était d’ailleurs la principale demande de Sud-Solidaires dans une plainte déposée mercredi dernier au tribunal judiciaire de Nanterre. Ce dernier a finalement prononcé hier la restriction de l’activité d’Amazon aux seuls produits jugés essentiels le temps que son plan sanitaire soit révisé.

Lire > Amazon contraint de restreindre son activité aux marchandises « essentielles »

Selon un communiqué publié par la CGT Amazon Logistique France, l’entreprise devrait faire appel à la convention d’activité partielle durant cette période. La compagnie a pour sa part indiqué que ce recours « a été évoqué » mais ses modalités non-définies.

Des rémunérations à hauteur de 100%

Dans tous les cas, l’entreprise s’est d’ores et déjà engagée à verser 100% des salaires. Les intérimaires devraient également être payés normalement jusqu’à la fin de leur contrat, même si une partie n’est pas réintégrée à la réouverture des sites selon Abdel Elidrissi de la CGT Adecco Nord, en charge du dossier Amazon : « Si Amazon réduit ses effectifs et que seule la moitié des intérimaires est réintégrée, l’autre moitié continuera d’être payée. Si Amazon refuse de le faire, c’est Adecco qui s’en chargera et qui devra se débrouiller pour récupérer son dû. »

Un certain scepticisme a également été affiché sur la possibilité de mener cette mission d’évaluation durant ces cinq jours. « La procédure d’information et consultation sur l’évaluation et la mise en place des mesures n’a pas commencé et il est donc difficile d’imaginer comment tout pourrait être effectué d’ici le 20 avril », poursuit la CGT.

Aucune évaluation des risques

« Ils n’avaient aucun document sur l’évaluation des risques » raille Yves Quignon, secrétaire général CGT de l’union locale du Douaisis, évoquant la situation du site de Lauwin-Planque. Selon les propos qui lui ont été rapportés, la direction aurait soudainement mis fin à cette réunion après que l’intersyndicale ait demandé l’intervention d’un cabinet d’expertise pour évaluer les risques. « Ce n’est pas possible que ça se passe comme ça », commente le syndicaliste, évoquant l’injonction du tribunal de Nanterre d’une concertation avec les représentants du personnel.

Alors que les centaines de droits de retrait déposées depuis le début de l’épidémie ne sont pas reconnues par l’entreprise, le syndicat complète :

À cet égard, puisque l’évaluation n’avait pas été menée précédemment et que donc les salariés pouvaient légitimement penser que la situation présentait un danger pour leur santé, nous considérons que ce maintien de salaire devrait également vous conduire à rémunérer à 100% les salariés ayant exercé leur droit de retrait depuis le début du mois de mars, en lien avec le Covid-19.

Néanmoins ce sujet n’était pas à l’ordre du jour.

Plusieurs corps de métier (nettoyage, sécurité, maintenance, cadres et RH) devraient rester présents sur les sites durant cette période. La réouverture pour l’ensemble des salariés est quant à elle prévue pour le 21 avril. Mais comme le précise la CFDT Amazon du site de Montélimar, il « restera à voir si les conditions d’une reprise sereine sont réunies. »

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches
Fiscalité 21 juin 2024

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches

Dans son programme, le Rassemblement national veut supprimer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour le remplacer par un impôt sur les fortunes financières (IFF). Un beau cadeau, uniquement à destination des 1 % les plus riches.
Par Pierre Jequier-Zalc
Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres
Économie 21 juin 2024

Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres

L’alliance des gauches se positionne pour une politique de relance et d’investissements massifs. Un chiffrage permettant de financer un programme de « rupture immédiate et claire avec la politique d’Emmanuel Macron ».
Par Lucas Sarafian
Pour les demandeurs d’emploi, des « immersions » qui posent question
Enquête 19 juin 2024 abonné·es

Pour les demandeurs d’emploi, des « immersions » qui posent question

La généralisation des « périodes de mise en situation en milieu professionnel », loin de garantir une insertion durable, profite au secteur privé et retarde l’accès à l’emploi des personnes alors même que certains secteurs se plaignent de pénurie de main-d’œuvre.
Par Nathalie Tissot
En commission, les députés rejettent la réforme de l’assurance-chômage
Récit 5 juin 2024 abonné·es

En commission, les députés rejettent la réforme de l’assurance-chômage

Ce 5 juin, la commission des affaires sociales a adopté la proposition de loi du groupe Liot visant « à protéger le modèle d’assurance-chômage et à soutenir l’emploi des seniors ». Un premier camouflet pour la majorité, qui a bien eu du mal à défendre la nouvelle réforme annoncée par Gabriel Attal.
Par Pierre Jequier-Zalc