« On essaye de sauver le Saint-Marché ou la population ? »

Aujourd’hui dans #lesdéconfinés, Aurélien, 23 ans, préparateur de commandes dans un Leclerc Drive situé dans l’agglomération d’Orléans, explique pourquoi il refuse de faire des heures supplémentaires...

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On a beaucoup plus de travail. Les jours où on a des grosses affluences, on a à peu près quatre fois plus de préparations et avec grosso modo le même effectif. Il y a quelques petites embauches, mais le plus clair du surplus de travail est absorbé par les heures supplémentaires que font les employés déjà là.

J’ai un contrat qui fait 37 heures et c’est déjà fatigant de passer tout ce temps par semaine dans un frigo à marcher dans des rayons pour attraper les produits que les gens commandent. J’ai déjà accepté des heures supplémentaires ce mois-ci ; j’ai fait 1h30. Hier, on m’a proposé de faire à nouveau 1h30 de plus. Mais bon, vu que l’état durgence sanitaire prévoit la fin des 35 heures et la fin des majorations des heures supplémentaires au-delà de 39 heures, dans ces conditions-là je refuse d’en faire.

Après, tout le monde ne peut pas se le permettre. Je me fiche personnellement d’avoir ma hiérarchie à dos. Je fais ça pour avoir un petit revenu, je partirai à la fin de ma période d’essai pour trouver autre chose, mais il y a certaines personnes sur lesquelles l’emprise de la hiérarchie est beaucoup plus forte.

Aujourd’hui, quand je suis parti du boulot, j’ai appris que le propriétaire du Leclerc avait fait pleurer une des employées. Et dernièrement l’augmentation des cadences a provoqué des accidents du travail, deux dans la même journée de samedi.

On a qu’un jour de repos par semaine, on fait du temps plein six jours sur sept.

Moi je suis seulement préparateur, mais quand t’es au réapprovisionnement et qu’à partir de 5 heures du matin et jusqu’à 14 heures tu soulèves des cartons et tu tires des transpalettes, tu finis par craquer, le corps dit stop.

L’autre raison pour laquelle je refuse de faire des heures supplémentaires, c’est que quand on parle des dividendes reversés aux actionnaires, on les justifie toujours par la rémunération des risques pris en apportant du capital. Ici, au Leclerc qui est franchisé, on ne va pas me verser la prime de 1.000 euros proposée par le ministre de l'Économie. Du coup, personne ne rémunère le risque que moi je prends en allant travailler. Et en plus on me demande de faire le maximum alors que je suis payé au salaire minimum.

Et je cours des risques déjà en allant au travail. Une collègue est suspectée davoir attrapé le Covid-19. Elle tousse, elle a de la fièvre, et elle est venue travailler quatre jours avec ces symptômes. Ici on n’arrive pas à se mettre en arrêt de travail à moins qu’il s’agisse d’un accident. On s’échange du matériel et nos scans. Niveau hygiène, des mesures sont prises pour les clients qu’on sert, on porte un masque quand on les livre et on charge leur coffre pour eux, mais en coulisse, il n’y a rien pour nous.

On verbalise des gens qui sont allés faire leur jogging 100 mètres trop loin, et moi je continue à aller travailler tous les jours dans des conditions favorables à la propagation de l’épidémie. Il faut savoir qui on essaye de sauver, le Saint-Marché ou la population…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents