Visite de Médecins du monde au squat de la Seine à Aubervilliers

La situation sanitaire et sociale des résidents est très préoccupante, et la mobilisation des associations est l'un des seuls secours pour les 130 hommes qui vivent dans ce hangar.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mercredi 8 avril, une mission de Médecins du monde effectue une mission sanitaire « covid-19 » sur le squat dit « de la Seine » à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). C'est la première fois que ce site, un hangar désaffecté, reçoit une telle visite depuis le début du confinement, trois semaines plus tôt. Les médecins pratiqueront une cinquantaine de consultations, dont plusieurs révèleront des soupçons de covid-19. « Mais sans possibilité de confirmation ou d'infirmation », déplore la responsable de la mission, faute de tests disponibles.

La très importante promiscuité rend illusoire le respect des gestes barrières. La plupart des quelque 130 résidents, tous des hommes et venus d'Afrique de l'Ouest pour l'essentiel, n'ont plus de revenus, faute de pouvoir se rendre au travail - des petits boulots au noir en général. L'Armée du salut dépose quotidiennement des colis alimentaires depuis le 17 avril. Il n'existe qu'un seul point d'eau sur le site.

Lire > Si les associations n'étaient pas là...


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.