Éric, enseignant spécialisé : « Tous les enfants ne retrouveront pas le chemin de l’école d’ici à la fin mai »

Récit d’une rentrée pas comme les autres, racontée par celles et ceux qui en ont la charge. Éric Charles, enseignant spécialisé du réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) dans le Val-de-Marne et militant syndical SUD Éducation nous raconte cette semaine particulière. Témoignage (6/6)

Partager :
Éric, enseignant spécialisé : « Tous les enfants ne retrouveront pas le chemin de l’école d’ici à la fin mai »
© Photo : SEBASTIEN BOZON / AFP

C ontrairement à ce que dit M. Blanquer, non, tous les enfants ne vont pas retrouver le chemin de l’école au moins une fois d’ici à la fin mai. En tout cas, pas ici à Chennevières. » Éric est enseignant spécialisé en Rased et exerce au sein de trois écoles de la commune. Son rôle : accompagner les élèves qui présentent des difficultés scolaires, en soutien aux équipes enseignantes. Le pédagogue n’a pas de classe dédiée mais encadre les enfants qui en ont besoin, seuls ou en groupe.

« Les objectifs fixés » sont-ils vraiment « remplis » comme l’affirme Jean-Michel Blanquer ? Selon lui, 1,4 million de jeunes élèves sont retournés à l'école et près de 4 000 collèges, en « zone verte », ont rouverts leurs portes (1). Des chiffres contrastés par la fermeture de plusieurs dizaines d'établissements suite à la découverte de cas porteurs du virus, et l'amer constat des personnels pédagogique : ce ne sont pas les élèves les plus en difficulté sociale et scolaire qui reviennent.

Le 11 mai, lorsqu’il se rend sur son lieu de travail, Éric s’attend à « trouver une école un peu préparée pour accueillir les élèves ». Mais il n’en est rien. « Les marquages au sol n’étaient que les derniers vestiges des élections municipales, les bâtiments n’avaient pas été désinfectés et il n’y avait pas de gel, ni de matériel pour organiser les “flux”, raconte l’enseignant. Les masques sont arrivés plus tard dans la matinée, estampillés d’un “ce produit ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses”. Ça m’a fait bizarre. »

Les équipes font avec, préparent le bâtiment et constituent des groupes d’élèves – avant que le maire ne décide finalement de reporter la rentrée du groupe scolaire (maternelle et élémentaire) et de limiter, de moitié, le nombre d’élèves qui sera accueilli, faute de personnels. L’ouverture se fera le 25, mais « quelques ayants droit pourront être accueillis dans une autre école de la commune avant cette date ». Pour l’enseignant, « la semaine s’est déroulée dans l’incertitude totale. Il a fallu refaire plusieurs fois les groupes, en fonction des décisions de la mairie – qui a pourtant reproché aux personnels de ne pas vouloir prendre assez denfants, alors que cest elle qui navait pas les moyens den prendre plus… Les équipes se sont senties méprisées et ont eu l’impression que l’on se moquait d’elles… »


(1) Si Blanquer assure que 90% des établissements du premier degré ont rouvert, une enquête du SNUipp-FSU, syndicat majoritaire du premier degré, évoque une réouverture de 70% d’entre eux.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc