Idir : la Kabylie et le monde

Notre Voyage autour de nos chambres #42 est un hommage à Idir, décédé à 70 ans le 2 mai, l'un de plus grands ambassadeurs de la culture berbère dont toute la vie a été faite de rencontres et d'échanges avec les autres venant de tous horizons.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ce 22 juin 1995, sur la scène du Zénith, à Paris, un concert est donné en soutien au peuple algérien en butte aux attentats et aux massacres. Des artistes français ont répondu présents – Le Forestier, Higelin, Bedos… Mais l’événement le plus significatif est la réunion sur scène de Cheb Mami, Khaled et Idir. Par ce geste, les trois musiciens abolissent les barrières entre Arabes et Kabyles. Idir est à l’initiative de ce concert. C’est lui qui a invité ses deux confrères et amis arabes

Un acte à l’image de toute sa vie, commencée dans un village non loin de Tizi Ouzou le 25 octobre 1949, et achevée, à 70 ans, le 2 mai, à Paris. Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet, a été l’un des plus grands ambassadeurs de la langue et de la culture berbères tout en restant constamment ouvert aux autres mondes. Il a ainsi démontré, contre tous ceux qui s’arc-boutent sur une identité, qu’il est possible de revendiquer l’appartenance à un peuple tout en établissant de multiples ponts. Ce mot, « identités », Idir ne l’employait d’ailleurs qu’au pluriel, comme il l’a fait pour le titre d’un de ses albums, en 1999, y conviant des artistes d’horizons divers : Manu Chao, Maxime Le Forestier, Dan Ar Braz, Zebda…

Lui qui avait fait des études de géologie a malgré tout baigné très tôt dans la musique. Enfant, la flûte de berger (son père l’était) n’a eu bientôt plus de secret pour lui. Quant à son parcours de chanteur, il commence fortuitement : en 1973, Idir remplace au pied levé sur Radio Alger une chanteuse empêchée et interprète la berceuse qu’il lui avait composée : A Vava Inouva. Un début en forme de triomphe. La chanson devient un hit planétaire, le premier issu d’Afrique du Nord.

Ce morceau, comme le souligne Magyd Cherfi dans son texte d’hommage, mêle déjà « une musique (folk) moderne et des mélopées orientales ». Mais Idir ne brassait pas seulement les genres musicaux. Il était aussi un point de rencontre entre générations, en Algérie et par-delà la Méditerranée. Ses huit albums en attestent : du plus intime, Adrar Inu (2013), aux projets partagés avec des artistes de son choix, notamment des rappeurs sur La France des couleurs (2007). Sur le dernier, Ici et ailleurs (2017), fait de duos, l’émotion est là quand certains, comme Charles Aznavour, se risquent à chanter en berbère. On y remarque aussi ce titre, Les larmes de leurs pères, où Idir et Patrick Bruel, leur voix s’accordant à merveille, tissent un splendide éloge des révolutions arabes. Mais aujourd’hui, ce sont les larmes des enfants d’Idir – que nous sommes tous – que l’on ne peut retenir.

Lire aussi > Tony Allen, l'autre Black President de l'afrobeat

Pour lire tous les articles de la série > #AutourDeNosChambres


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.