Algérie : L’éveil d’une nation

Le Hirak a fait émerger des figures de résistance, mais nul représentant politique. Les raisons tiennent à l’histoire du pays.

Le temps presse. Hakim Addad n’aura que quelques secondes pour mettre un genou au sol et lever le poing gauche en hommage à George Floyd. Il ne faut pas trop attirer l’attention des policiers qui règlent la circulation à quelques mètres de là. Nous sommes devant la Grande Poste d’Alger-Centre.

Ce 1er juin, qui va marquer l’histoire de la lutte mondiale antiraciste, est pour Hakim Addad l’occasion de rendre également hommage aux détenus d’opinion et à l’ensemble des victimes de violences policières. Lui-même a été arrêté lors de la marche du Hirak du vendredi 4 octobre 2019, une pancarte à la main. Dans son message, ce jour-là, il réclamait la libération du jeune militant Ahcene Kadi. « On m’a attrapé et hop, prison d’El Harrach avec les camarades. On était à l’isolement, mais les conditions sont déplorables pour les autres détenus. Ils sont près de cent par grande cellule, certains dorment à même le sol. Nous étions des privilégiés en quelque sorte », avoue-t-il.

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents