Le bâti scolaire : un défi archi important

La nécessité d’appliquer un protocole sanitaire dans les écoles a mis en lumière la nécessité de repenser leur architecture. De trop rares initiatives, tournées vers l’écologie et l’égalité, émergent.

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 22 juillet 2020 abonné·es
Le bâti scolaire : un défi archi important
Le lycée polyvalent Maximilien-Perret, à Alfortville, premier « éco-lycée » de France, inauguré en 1997.
© GODONG/BSIP via AFP

L es élèves savent qu’ils sont accueillis dans des conditions de merde et des locaux vétustes », déplore Camille*, professeure d’histoire et géographie dans un collège particulièrement délabré en Seine-Saint-Denis. Dès la cinquième, c’est une véritable « conscience de classe » en lien avec cette problématique qui émerge, assure l’enseignante. « Parce qu’ils se rendent bien compte qu’il y a un problème d’égalité. » Dans cet établissement inscrit en réseau d’éducation prioritaire (REP), personnels et parents d’élèves, convaincu·es que le lieu d’apprentissage a un impact sur la scolarité des enfants, se mobilisent depuis près de six ans pour que des travaux soient entrepris. Quelques-uns seront réalisés cet été (dont le réaménagement des sanitaires, qui sont dans un état « catastrophique ») mais d’autres, qui n’avaient pas été demandés, sont aussi à l’ordre du jour, au détriment de certaines urgences, comme le désamiantage du collège (1), que le département ne financera pas. « Le vrai problème sanitaire ne sera donc pas résolu, s’indigne Camille. Alors on continue de demander aux agent·es d’entretien de ne pas frotter trop fort les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)