Politiques de sécurité : aux armes, citoyens !

Et si la démocratie participative pouvait contribuer à restaurer la confiance de la population envers les forces de l’ordre ?

Nadia Sweeny  et  Oriane Mollaret  • 22 juillet 2020 abonné·es
Politiques de sécurité : aux armes, citoyens !
Lors d’un contrôle à Marseille, le 17 mars 2020.
© GERARD JULIEN/AFP

Conférences citoyennes de consensus, convention citoyenne pour le climat, RIC… La démocratie participative a le vent en poupe. Pourtant, la France semble freiner des quatre fers lorsqu’il s’agit de s’en remettre aux citoyen·nes en matière de sécurité, quand bien même les liens entre la population et sa police se délitent. Inclure les citoyens dans l’élaboration des politiques de sécurité pourrait-il rétablir ces liens ? De nouvelles manières de faire pourraient-elles renouer la confiance ?

Des chercheuses de l’École nationale de travaux publics de l’État (ENTPE) ont fait ce pari avec les jeunes d’un centre social de Vaulx-en-Velin, une banlieue lyonnaise dont l’histoire est émaillée de violences policières et d’émeutes. « On retrouve les mêmes problèmes dans les quartiers dits sensibles, constate Anaïk Purenne, -sociologue à l’ENTPE. Les jeunes y sont toujours des cibles de l’action publique, mais ils ne sont jamais considérés comme de potentiels partenaires. La sécurité, ce n’est pas que la police : les citoyens y ont aussi une place. Je mise beaucoup sur l’intelligence collective. »

Le projet, baptisé « PoliCité69 », aboutit à l’organisation d’une conférence citoyenne de consensus, fin 2018, réunissant des citoyens « profanes » – sans connaissances particulières sur le sujet – et des membres des forces de l’ordre. « Au début, les policiers et les gendarmes étaient réticents à parler des problèmes de contrôles au faciès, se souvient Anaïk Purenne. Puis ils ont vu que le climat était serein, donc ils se sont complètement saisis de la question. Ils ont même proposé de lancer un chantier national sur l’efficacité des contrôles d’identité et leurs effets pervers. Un vrai décloisonnement de la police ! » Sceptiques au début, deux gendarmes reproduisent l’expérience dans leur caserne de l’Yonne.

À lire notre dossier complet dans Politis 1612 : « Où va la police ? »

Et la suite dans Politis 1613-1614-1615 : « La raison d’être de la police n’est pas enseignée » Une déficience de la formation bien connue Quand la maison enquête sur la maison Témoignages : Ce que serait une « bonne » police Police et jeunes : l’exemple à suivre

Emballée, Anaïk Purenne caresse à présent l’espoir de créer une convention citoyenne sur la sécurité, sur le modèle de celle pour le climat : « Des chercheurs sont déjà prêts à réfléchir à la question. Mon souhait, un peu utopique, serait de faire des territoires “zéro contrôle d’identité” pour en finir avec l’animosité des jeunes envers la police. »

La police de sécurité du quotidien : insuffisante

Pour arriver aux mêmes fins, l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb n’a pas misé sur la démocratie participative, mais sur la police de sécurité du quotidien (PSQ). Sorte de fantôme de feu la « police de proximité », abandonnée sous Sarkozy, la PSQ est lancée en 2018 dans quinze quartiers populaires estampillés « quartiers de reconquête républicaine » (QRR). Un terme éloquent. Un an plus tard, le ministère de l’Intérieur annonce que la PSQ a tenu ses promesses. La première, « le sur-mesure », prétend-il dans son dossier de presse : « Placer le bon agent au bon endroit, spécialement formé pour lutter contre la délinquance du territoire où il est en poste. » Mais aussi : « La confiance. Nous devons tisser un lien inébranlable entre les Français et leurs forces de l’ordre et permettre, partout, le respect de l’uniforme et de l’action des policiers et des gendarmes. » L’expérience est donc étendue en 2019, avec 32 nouveaux QRR. Dix mille gendarmes et policiers sont censés être recrutés d’ici à 2022.

« On met en place la “police de sécurité du quotidien” mais on ferme des commissariats pour les rassembler dans des grands centres : on éloigne le policier de son terrain, c’est absurde ! » déplore Gérard Dubois, ancien commissaire à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Son commissariat a été l’un des premiers à expérimenter la regrettée police de proximité, au début des années 2000. « C’était un bon outil. On a formé massivement nos policiers à l’histoire du quartier, des communautés qui y vivaient, mis en place des rencontres… Mais on a manqué de moyens : avant qu’on ait pu affiner le projet, lacunaire, le politique a généralisé le processus pour des raisons électorales. » Rapidement, les critiques pleuvent : la délinquance n’a pas baissé, disait-on. « On a eu une augmentation des affaires révélées, c’est normal : on a tissé des liens, les gens parlent et révèlent des faits, notamment en matière de violences intra-familiales, ou de voisinage… » L’absurdité de la politique du chiffre permet à Nicolas Sarkozy d’enterrer la police de proximité en 2003.

Quinze ans plus tard, la PSQ tente de rectifier le tir. Mais, là encore, l’évaluation du nouveau dispositif se résume à un égrenage de chiffres. La promesse de « tisser un lien inébranlable entre les Français et leurs forces de l’ordre » a disparu de l’équation. « On s’est éloigné de la police de sécurité pour surinvestir la police d’ordre, soupire Gérard Dubois. Aujourd’hui, cette police d’ordre est dépassée. Il faut la moderniser en réinvestissant la police dite de sécurité. » Une police dans laquelle le citoyen a toute sa place.

La France timorée

Le ministère de l’Intérieur semble aboutir à un constat similaire. En janvier dernier, il lance une timide tentative d’associer la population aux politiques de sécurité via le « livre blanc sur la sécurité intérieure ». « Il y a eu des assises territoriales avec les citoyens, mais le ministère a très peu communiqué dessus », se souvient Anaïk Purenne, qui y a participé à Lyon. Sa collègue Hélène Balazard, politiste à l’ENTPE, renchérit : « Le livre blanc n’a eu aucun effet. Ça a juste délégitimé la démocratie participative aux yeux des gens. »

Pour Abdoulaye Kanté, policier investi dans l’Agora (association qui organise des discussions entre citoyens, policiers et magistrats), il est nécessaire de faire connaître au citoyen le fonctionnement de la police, mais de là à l’inclure dans des instances décisionnelles… « Ce n’est pas au citoyen de nous dicter ce qu’on doit faire. Force doit rester à la loi. On ne peut pas faire de la police à la carte. » Des propos nuancés par le président de l’Agora, Christophe Korell, ex-policier, pour qui « le citoyen pourrait avoir sa place au conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance [instance décidant d’une stratégie territoriale, NDLR], _par exemple »__._

Si la France reste timorée sur la question, à l’étranger, la démocratie participative en matière de sécurité s’est bien développée. « À Londres, dans chaque commissariat d’arrondissement, il y a des groupes d’évaluation de la police composés d’habitants du quartier, explique Hélène Balazard, dont la thèse a porté sur ce sujet. Ils ont accès à toutes les données du commissariat pour vérifier si une personne n’a pas été contrôlée abusivement, par exemple. Les policiers trouvent ça normal. »

Outre-Atlantique, « à Montréal, les agents de police-secours se sont rendu compte qu’ils étaient appelés majoritairement pour des problématiques de santé mentale, raconte Anaïk Purenne, qui a travaillé sur la police canadienne. Les associations professionnelles des forces de l’ordre en ont conclu qu’il y avait une aggravation des problèmes sociaux qui pesait sur leur travail et que leurs modes d’action étaient contre-productifs. Ils ont alors développé des équipes mixtes formées de policiers et de travailleurs sociaux. » Dans les deux cas, les forces de l’ordre bénéficient d’un meilleur soutien de la population locale, qui leur permet d’accomplir leur travail plus efficacement.

En France, la question des relations police-population s’impose dans le débat, mais peine à se matérialiser. « Je pense que les syndicats de police sont un des gros freins, affirme Hélène Balazard. Alors que les policiers sur le terrain veulent avancer avec la population, identifier les problèmes, discuter et trouver des solutions ensemble. Il y a aussi un blocage politique. Le gouvernement Macron est très technocratique, il ne fait pas confiance au bas peuple. Le plus gros blocage, c’est cette élite technocratique et son entre-soi : ce sont eux, les vrais séparatistes. »

Société Police / Justice
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant