Police : Quand la maison enquête sur la maison

Dépendantes du ministère de l’Intérieur, les inspections générales de la police et de la gendarmerie sont accusées d’organiser l’impunité. Pas toujours vrai… sauf sur les violences.

Nadia Sweeny  et  Romain Haillard  • 22 juillet 2020 abonné·es
Police : Quand la maison enquête sur la maison
Lors d’un hommage à Toulouse à Steve Maia Caniço, tombé à l’eau après une charge de police la nuit de la Fête de la musique, le 21 juin 2019 à Nantes.
© Alain Pitton/NurPhoto/AFP

L’IGGN est indépendante, mais pas déloyale », expose calmement le général Pascal Segura, responsable des audits internes pour l’institution militaire. Si la charte de déontologie du « gendarme des gendarmes » pose ce principe d’indépendance comme valeur cardinale, l’IGGN dépend organiquement du directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN). Cette autorité hiérarchique a même son mot à dire dans la composition de l’équipe de 20 enquêteurs, appelée le bureau des enquêtes judiciaires (BEJ).

« Pas besoin de formation spécifique pour intégrer le BEJ », assure son responsable, le général Thierry Caer. « Le DGGN affecte les officiers au bureau des enquêtes, les commandants territoriaux fournissent les sous-officiers. » Les critères : « expérience, discrétion, impartialité », énumère-t-il. Le plus gros contingent provient des sections de recherche, « le haut du spectre judiciaire ». Une fois sélectionnés, les enquêteurs du BEJ restent trois ou quatre ans avant de retourner dans la maison.

Même passage éphémère du côté police, où l’IGPN est, en fait, un service comme un autre. À tous les niveaux, on y vient et on en part. Un frein à la volonté de coincer d’éventuels futurs collègues ?

Pour Christophe Korell, ancien de la brigade de répression du banditisme (BRB), « il faut un corps d’inspection unique police-gendarmerie-justice, composé d’agents de ces milieux parce qu’on ne naît pas enquêteur, mais il faut éviter ce retour dans les services ». Soit permettre une carrière dans un corps d’inspection à part entière et, surtout, « indépendant du ministère de l’Intérieur », précise-t-il. À l’IGPN comme à l’IGGN, la direction est nommée par décret…

Est-ce que vous verbaliseriez votre mère ?

avait coutume de demander un chef lors du recrutement de la centaine d’enquêteurs de l’IGPN. Une question qui titille l’empathie, la limite que chacun se pose et qui renvoie à l’aspect « famille » de la maison.

« Si nous devons envoyer un gendarme aux assises, nous n’aurons aucun scrupule », assure le chef du bureau des enquêtes judiciaires de l’IGGN : « Un gendarme s’auditionne comme un suspect de droit commun. » Contrairement aux idées reçues, les enquêteurs et la justice peuvent en effet être très durs avec ceux qu’on appelle les « ripoux ».

À lire notre dossier complet dans Politis 1612 : « Où va la police ? »  Et la suite dans le numéro triple d’été : > « La raison d’être de la police n’est pas enseignée » > Une déficience de la formation bien connue > Témoignages : Ce que serait une « bonne » police > Politiques de sécurité : aux armes, citoyens ! Police et jeunes : l’exemple à suivre

Répression à deux vitesses 

« Pour des infractions dans le cercle de la vie privée, des malversations ou de la corruption, l’IGPN sait faire preuve de rigueur, reconnaît Yassine Bouzrou, avocat – entre autres – de la famille d’Adama Traoré. Les enquêtes vont très vite et sont principalement à charge. » 

 Une enquête IGPN se divise en deux volets : judiciaire et administratif. Le judiciaire est d’abord assumé par le procureur. Puis, s’il décide de poursuivre ou si une victime se porte partie civile, un juge d’instruction reprend le dossier. Le volet administratif, en revanche, est mené en interne

 L’IGPN, dirigée par des commissaires, propose une sanction disciplinaire censée être appliquée par la hiérarchie. Non seulement cela pose un problème de consanguinité hiérarchique – un commissaire va-t-il demander une sanction contre un autre commissaire ? –, mais, de surcroît, si le procureur décide de ne pas poursuivre ou applique un simple rappel à la loi, le volet administratif n’a pas accès au dossier judiciaire. 

> Lire aussi : Hiérarchie, la racine du mal ?

 Or les possibilités d’enquête y sont plus étendues : balises, écoutes, filatures, etc. Le dossier administratif dépend donc beaucoup du judiciaire, alors même que les textes sur lesquels ils se fondent ne sont pas les mêmes : le code de déontologie d’un côté, la loi de l’autre. Quand le judiciaire prend une voie – sévère ou clémente –, l’administratif lui emboîte le pas. 

 L’IGPN préfère coincer les policiers qui volent ou participent à des trafics. « L’instance disciplinaire est extrêmement sévère dans les affaires sans rapport avec le service ou la corruption, etc. », reprend Yassine Bouzrou, qui y a défendu des policiers. Pour lui, la réponse répressive dans ces dossiers est même « plus dure avec les policiers qu’avec un citoyen lambda ». D’où la crainte que suscite l’IGPN dans la maison police et dont elle se vante tant. 

 Pour le pouvoir politique, ces dossiers sont devenus une sorte de vitrine qui permet d’afficher son intransigeance vis-à-vis des policiers. Une sorte de faire-valoir grâce auquel elle s’autorise à ne pas prendre à bras-le-corps les dossiers de violences illégitimes

Sanctionner les magistrats ? 

 À l’IGPN, « on préfère coincer des policiers qui volent, détournent de l’argent ou participent à des trafics », admet Jean-Baptiste Mabin, commissaire en charge de la délégation parisienne des « bœuf-carottes ». 

 Mais « l’IGPN n’est d’aucune utilité sur les violences policières », complète Yassine Bouzrou. Pour l’avocat, si cette institution « dépasse ses prérogatives en donnant son avis – souvent en faveur du policier – sur la suite à donner à une affaire », le problème reste principalement judiciaire. 

« Le procureur et surtout le juge d’instruction sont directement responsables de la manière dont sont menées les enquêtes : il faut contraindre les magistrats à respecter les textes internationaux qui lient la France et lui imposent des enquêtes “effectives” : avec reconstitutions, auditions des mis en cause et de tous les témoins ! », martèle-t-il. 

Dans l’affaire Zineb Redouane, octogénaire décédée chez elle à la suite d’un tir de grenade lacrymogène, « les CRS ont refusé de donner leurs armes à des fins d’expertise, et on les a laissés faire ! Résultat : nous ne savons pas qui a tiré ». Dans l’affaire Gaye Camara, 26 ans, décédé en 2018 d’une balle dans la tête, « le juge a refusé d’auditionner le policier ou de faire une reconstitution. Résultat : non-lieu ! » 

Pour cet avocat rompu aux dossiers de violences policières, « il devrait y avoir des sanctions contre les magistrats dès lors que la France est condamnée devant les instances internationales pour ne pas avoir respecté le droit à une enquête effective »

 Ce fut le cas le 23 mai 2019 : la Cour européenne des droits de l’homme a estimé qu’une enquête sur l’usage illégitime de la violence par un policier français avait été « lacunaire et déficiente ». Or rien ne permet, aujourd’hui, d’inquiéter le juge qui a mené ladite enquête.

Société Police / Justice
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant