Grégory Le Floch : Les mots et la chose

Dans son deuxième roman, Grégory Le Floch imagine l’épopée surréaliste d’un homme et d’un objet non identifié trouvé sur un trottoir, qui le mène d’une folle rencontre à l’autre. D’un récit à l’autre.

T out s’explique et nous ne comprenons rien. » En exergue de son -deuxième roman, -Grégory Le Floch rêvait de mettre cette phrase de Thomas Mann. Elle n’y figure finalement pas, ce dernier interdisant dans son testament de le citer. L’influence de l’auteur allemand sur De parcourir le monde et d’y rôder n’en est pas moins importante. Dans l’avertissement qui ouvre le livre, le « Salope ! » craché par le narrateur au visage d’une femme sans nez offre un avant-goût de son difficile rapport avec le monde. Il…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En bonne voix

Médias
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.