Décès de David Graeber, penseur des « boulots à la con »

Avec la mort de David Graeber, c’est un esprit agile et vivifiant qui disparaît.

Patrick Piro  • 4 septembre 2020
Partager :
Décès de David Graeber, penseur des « boulots à la con »
Lors de l'occupation d'une université à Amsterdam en 2015.
© Guido van Nispen / Wikimedia Creative Commons

L’anthropologue et militant anarchiste David Graeber est décédé mercredi dernier à l’âge de 59 ans dans un hôpital de Venise. Esprit très agile et immensément cultivé, il a vivifié les courants de contestation citoyenne de la dernière décennie par ses écrits, qu’il qualifiait souvent de provocateurs – c’est-à-dire originaux et novateurs. Homme de terrain, adepte du collectif, David Graeber conçoit les idées sous l’angle de leur application pratique : sa grande popularité date de son implication dans le mouvement Occupy Wall Street (2011) contre les abus de la finance capitaliste. Avec Dette : 5 000 ans d’histoire (2011), il démonte le rôle de la dette (et l’obligation de la rembourser) dans les sociétés humaines. Bureaucratie, l’utopie des règles (2015) avance que le capitalisme a complexifié la relation avec les individus pour conforter les profits.

À lire > David Graeber, l’indigné qui s’attaque à la bureaucratie libérale

Bullshit Jobs (Boulot à la con, 2018) dénonce la fabrique d’emplois inutiles, voire nuisibles par la machine libérale, et interroge la sous-considération des métiers utiles – prémonitoire, avant l’épandémie de Covid-19. Il avait, entre autres, accompagné Nuit debout et le mouvement des gilets jaunes, _« l’émergence soudaine et la propagation fulgurante de politiques réellement démocratiques, voire insurrectionnelles ».

À voir > Vidéo des échanges entre David Graeber et Frédéric Lordon

Idées
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 abonné·es

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant
Ne sommes-nous pas des femmes ?
Intersections 15 mai 2024

Ne sommes-nous pas des femmes ?

L’actrice Nadège Beausson-Diagne, qui a lancé le #Memepaspeur dans le cinéma africain, raconte les violences sexuelles subies en tant que femme noire dans un État raciste et patriarcal et interpelle les féministes blanches sur l’invisibilisation de ces vécus.
VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences
Justice 15 mai 2024 abonné·es

VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences

En France, seules 6 % des victimes de viol ont porté plainte en 2023, et la procédure ne débouche sur une condamnation que dans 1 % des cas. Si les femmes hésitent à franchir le pas, c’est aussi parce qu’elles se méfient des institutions judiciaires. 
Par Salomé Dionisi
Cette école qui classe, trie, sépare
Éducation 1 mai 2024 abonné·es

Cette école qui classe, trie, sépare

Deux essais pointent la ségrégation à l’œuvre dans l’éducation en France. Les pistes pour y remédier existent, à condition que s’exprime un volontarisme politique à la hauteur des enjeux de mixité sociale. 
Par Laurence De Cock