Les rêves les plus fous de l’extrême droite

Les journalistes pourront désormais « être interpellés en couvrant des manifs ».

Pour la locution « être le fourrier de quelque chose », regrettablement tombée en désuétude, mon dictionnaire de référence donne cette définition (1) : « En préparer, en faciliter l’arrivée. » Par exemple : Emmanuel Macron est un fourrier de l’extrême droite. Il a été, redisons-le, élu en 2017 par le hasard de sa confrontation de second tour avec la cheffe d’un parti nationaliste (2), et par conséquent par l’élan des millions de votant·es que terrifiait la perspective d’une irruption d’une Pen dans…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.