Réfugiés : « C’est notre devoir de les soutenir »

Près d’Athènes, des milliers de Kurdes réfugiés dans deux camps survivent grâce à la solidarité internationale, notamment de bénévoles français.

Depuis 7 heures du matin, des femmes aux tenues bigarrées, des hommes la clope au bec et des enfants au sourire éclatant s’activent à l’arrière d’un camion. Des tonnes de pâtes, de lentilles, de riz, de fruits confits et autres douceurs collectées en France sont déchargées pour les réfugiés kurdes de Lavrio, une bourgade à 50 kilomètres d’Athènes, l’une des plus pauvres d’Attique, qui accueille ces exilés depuis des décennies. « Allez, allez ! Activez ! Le camion doit repartir dans trois heures. » Jacques…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dépasser la sidération immédiate

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.