Sécurité, une préoccupation surtout politicienne

Engagés dans une surenchère dangereuse avec Marine Le Pen dans la perspective de 2022, Emmanuel Macron et son gouvernement entretiennent le mythe d’une France « malade de son insécurité ».

Michel Soudais  • 9 septembre 2020 abonné·es
Sécurité, une préoccupation surtout politicienne
© Arthur Nicholas Orchard/AFP

Jean Castex en convient : « Quand on regarde les statistiques d’insécurité de l’été 2020 par rapport à l’été 2019 ou 2018, il n’y a objectivement pas une explosion de la violence », déclare-t-il dans un entretien au Figaro (3 septembre). Pourquoi donc son gouvernement en fait-il des tonnes sur la sécurité ? Car ce thème est bel et bien devenu central dans les propos du chef de l’État comme de ses ministres, qui dénoncent tous une « banalisation de la violence » et promettent des mesures rapidement. Une « banalisation » qui « inquiète » également Yannick Jadot, pour qui ce « n’est pas simplement un sentiment d’insécurité » mais « une réelle insécurité ».

Le même Jean Castex appelait deux jours auparavant les forces de l’ordre et la justice à se « mobiliser face à la montée de l’insécurité ». Matignon collait ainsi à la demande de l’Élysée de voir les questions de « l’ordre républicain » et de « sécurité et justice » figurer au menu du séminaire de rentrée du gouvernement, le 9 septembre. Lors du conseil des ministres du 26 août, le chef de l’État « a été très clair sur le fait que ce sujet figurait en priorité à l’ordre du jour du séminaire gouvernemental », a déclaré Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

Priorité du gouvernement en cette rentrée, la sécurité des biens et des personnes

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Immigration : les associations maintiennent la pression contre la loi « Darmanin »
Migrants • 27 mars 2023

Immigration : les associations maintiennent la pression contre la loi « Darmanin »

Contexte social oblige, le gouvernement a repoussé l’examen du projet de loi asile et immigration, qui devait débuter le 28 mars au Sénat. Son contenu sera découpé en plusieurs textes présentés ultérieurement. Collectifs et associations maintiennent les mobilisations.
Par Lily Chavance
Manifestations : un Belge placé abusivement en centre de rétention
Justice • 26 mars 2023

Manifestations : un Belge placé abusivement en centre de rétention

Arrêté samedi 18 mars sur la place d’Italie, un manifestant belge a passé 5 jours au Centre de rétention administratif de Vincennes, alors que son affaire avait été classée sans suite. Il a été relâché samedi 25 après une décision de la cour d’appel de Paris.
Par Nadia Sweeny
Manifestations : le malaise judiciaire
Justice • 24 mars 2023

Manifestations : le malaise judiciaire

Alors que la répression contre les opposants à la réforme des retraites se durcit, les comparutions immédiates ont vu jusque-là défiler très peu de dossiers de manifestants par rapport au nombre de placement en garde à vue. Pire : les dossiers poursuivis sont particulièrement légers.
Par Nadia Sweeny
« On était terrifiés. Je me suis pris un grand coup dans le ventre »
Témoignage • 24 mars 2023

« On était terrifiés. Je me suis pris un grand coup dans le ventre »

Une nouvelle enquête vient d’être lancée contre la compagnie 12CI pour de violents coups de matraque, dans le cadre des manifestations contre la réforme des retraites. Politis a pu rencontrer une des victimes.
Par Maxime Sirvins