Tous ces mots qui asphyxient

Dans une virulente charge contre la France d’aujourd’hui, le cinéaste haïtien Raoul Peck explique combien il « étouffe » dans ce pays où il vit depuis plus de cinquante ans.

Comme un haut-le-cœur. L’aveu, surtout, d’une relation désormais interrompue avec la France de la part de ce grand cinéaste haïtien, jadis ministre de la Culture de son pays, président de la Femis à Paris, où il vit depuis plus d’un demi-siècle. Troublé jusqu’à « la nausée » par ce qui se passe aux États-Unis, après l’asphyxie de George Floyd, la gorge écrasée sous le genou d’un policier blanc de Minneapolis, Raoul Peck s’écrie à son tour : « J’étouffe ». Ce matin-là, en se levant, il ne peut se retenir de…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents