Eaux troubles dans les lacs d’Essonne

Après plusieurs épisodes de pollution touchant le lac de Grigny – Viry-Châtillon, des élus locaux appellent à la conscience écologique et politique des collectivités, des responsables, et des citoyens.

Aurélien Peroumal  et  Janna Boubendir  et  Neal Saunier  • 13 octobre 2020
Partager :
Eaux troubles dans les lacs d’Essonne
© Photo : DR

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le lac. Après des épisodes de pollution en 2001 et en 2013 liés respectivement à la présence d’hydrocarbures et d’une algue toxique, ne voilà-t-il pas que les eaux du lac de Grigny – Viry-Châtillon sont par deux fois troublées en moins d’un mois : la première fois en août comme tragédie, la seconde fois un mois plus tard comme farce. À l’origine de cette catastrophe, le déversement d’eaux de rinçage et de lavage (lessive et savon), consécutif au dysfonctionnement d’un collecteur d’eaux usées situé sur la commune de Grigny.

Une partie de la faune a été empoisonnée (poissons retrouvés morts et « pourris » par centaines), la flore a probablement été touchée également et il existe un risque de contamination pour les oiseaux et autres animaux se nourrissant à proximité. Certains habitants ont d’ailleurs eu peur pour leurs animaux de compagnie. Les conséquences sur l’homme n’ont pas été scientifiquement évaluées mais par principe de précaution, des arrêtés ont été déposés pour interdire la baignade et la consommation de la pêche.

Elle a également révélé l’incapacité des communes de Viry-Châtillon et de Grigny à s’entendre pour mener une action conjointe aux deux villes sur ces lacs partagés et l’incurie de nos responsables à tous les échelons territoriaux (municipal, départemental et régional).

Il est à noter que l’ensemble des étangs qui constituent ce lac sont classés en espaces naturels sensibles (ENS) et zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et représentent ainsi l’un des plus importants espaces de biodiversité du Nord Essonne. Outre le fait qu’il est un patrimoine environnemental hors du commun, le lac de Grigny- Viry-Châtillon fait également partie intégrante de notre biotope : il est un îlot de verdure qui nous est indispensable face à l’urbanisation effrénée qui touche notre région. Par conséquent, nous ne pouvons plus nous contenter de jouer les fausses coquettes et de rester les bras ballants face à ce qui aurait pu et pourrait, à l’avenir, être évité.

Comme le dit un vieil adage datant de 1986, la pollution ne s’arrête pas à la frontière de nos deux communes. C’est pourquoi nous appelons de nos vœux à la création d’une structure de type intercommunal qui aurait pour mission d’encadrer et de réglementer davantage les usages des espaces aquatiques et terrestres communs (ramassage régulier des déchets, règlementation de la pêche avec la patrouille d’un garde-pêche, en lien avec les associations agréées de pêche et de protection des milieux aquatiques (AAPPMA)). Nous demandons également que le département de l’Essonne exerce pleinement sa compétence en matière de protection et de préservation d’espaces naturels sensibles, au titre du chapitre II du titre IV du livre 1 du code de l’urbanisme.

Nous, élus grignards et castelvirois, annonçons la création en parallèle de l’Alliance des Lacs pour protéger les Lacs, d’abord au niveau de l’Île-de-France et puis, peut-être, à plus large échelle. Cette Alliance, purement citoyenne, n’est pas une coalition politique, et vise à réunir tous types d’individus, pêcheurs, marcheurs, coureurs, ornithologues, amateurs de verdures et de nature, habitants et usagers de ces lacs afin de sensibiliser les citoyens, les pouvoirs publics et privés et de pousser un chacun à agir, à son échelle (individuelle comme institutionnelle ou associative) à protéger, mettre en valeur et favoriser l’écosystème de ces espaces.

Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don