L’invention de l’État néolibéral

Grégoire Chamayou exhume une controverse, en 1932, entre deux juristes allemands, l’un bientôt rallié au nazisme, l’autre engagé à gauche, annonçant le « libéralisme autoritaire ».

Olivier Doubre  • 28 octobre 2020 abonné·es
L’invention de l’État néolibéral
Dans une usine MAN, à Augsbourg, en Allemagne, 1938.
© Nolte / United Archives/Nolte / mauritius images via AFP

Le 23 novembre 1932, soit deux mois environ avant la nomination d’Adolf Hitler au poste de chancelier du Reich, Carl Schmitt s’adresse à un parterre de grands patrons de la Ruhr, région la plus industrieuse d’Allemagne. Sur un ton amical et allié, il leur tient en somme ce propos : « Vous voulez “libérer” l’économie, vous voulez en finir avec l’interventionnisme de l’État social, avec une dépense publique excessive, avec les charges fiscales qui s’ensuivent, avec ce droit du travail qui vous entrave, etc. C’est entendu. Mais il faut bien vous rendre compte que, pour obtenir cela, c’est-à-dire un certain retrait de l’État hors de l’économie, il va vous falloir tout autre chose qu’un État minimal et neutre. Le paradoxe, c’est que, pour avoir moins d’État, il va vous falloir en quelque sorte avoir plus d’État ! » Le « libéralisme autoritaire » était né.

Voici un petit volume riche d’enseignements, si précurseur qu’on peine souvent à croire que son propos puise dans deux textes vieux de presque un siècle. Or, comme le souligne le philosophe Grégoire Chamayou, qui signe la longue présentation mais s’est élégamment mis en retrait par rapport aux deux auteurs, qui s’affrontent d’un texte l’autre, « ce recueil est un champ de bataille ». Notamment parce qu’Hermann Heller, juriste engagé à gauche, apparaît ici comme le véritable « inventeur » de cette notion de « libéralisme autoritaire », si cruciale, si pertinente aujourd’hui, mais est largement tombé dans l’oubli, d’autant plus qu’il décéda soudainement en 1933, dans les premiers mois d’un exil contraint. Tandis que Carl Schmitt, philosophe et constitutionnaliste, déjà célèbre durant la République de Weimar parmi les intellectuels réactionnaires de la « révolution conservatrice », est l’auteur d’une œuvre iconoclaste qu’il a poursuivie, en dépit de son adhésion, certes rapide et relativement critique, au nazisme, qui lui vaudra quelques ennuis en 1945. Il est pourtant lu et étudié à gauche, un peu comme Gramsci peut l’être dans certaines sphères de l’extrême droite.

Ce travail ô combien précieux de Grégoire Chamayou, exhumant cette controverse, quasiment tombée dans l’oubli, entre les deux juristes allemands, vient à point nommé aujourd’hui, lorsqu’on observe combien le néolibéralisme et la financiarisation de l’économie règnent sur tout le globe. Elle montre la véritable « révolution » à laquelle les libéraux classiques ont dû se soumettre, en acceptant une intervention (musclée) de l’État, non pas dans l’économie, mais dans le domaine de la répression antisyndicale, pour restreindre les avancées du droit du travail. Et c’est bien cet « aggiornamento théorique » pour les libéraux que relève et pointe, parmi les premiers, Hermann Heller, puisque l’État, au lieu d’intervenir contre le marché, vient au contraire le soutenir pour mieux « huiler la machine ».

Du libéralisme autoritaire Carl Schmitt, Hermann Heller, textes traduits de l’allemand, présentés et annotés par Grégoire Chamayou, La Découverte/Zones, 144 pages, 16 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi