Pour une finance publique responsable

Alors que se profilent les plans de relance après la crise du Covid-19, le secteur des banques de développement doit soutenir une réorientation de l’économie vers la transition écologique et sociale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans un mois, Paris accueillera le sommet mondial des banques publiques de développement, appelé « Finance en commun », sous le haut patronage d’Emmanuel Macron. Quatre cent cinquante institutions financières publiques s’y réuniront ainsi que des chefs d’État. C’est une première, dont l’objectif affiché est de « répondre au besoin commun de construire de nouvelles formes de prospérité qui prennent soin des vivants de manière résiliente ».

Si ces banques dites de développement n’ont, contrairement à leurs homologues commerciales, pas pignon sur rue, leur rôle dans l’économie n’en est pas moins crucial. C’est d’autant plus le cas du fait de la pandémie de Covid-19 et de la crise sociale et économique qui en découle. Ces banques interviennent à toutes les échelles géographiques : internationale, régionale et locale. Elles détiennent 11 200 milliards de dollars d’actifs et représentent 10 % des investissements mondiaux. En France, elles sont incarnées par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), la Banque publique d’investissement (BPI) et l’Agence française de développement (AFD).

Compte tenu de ce poids et de ce qu’elles ont engagé en réaction à la crise, ces institutions ont la capacité d’impulser une réorientation salutaire de l’économie, à condition qu’elles aient pour objectif la résilience sociale, sanitaire et climatique ainsi que les droits humains. Il est impossible, cependant, de ne pas ressentir une impression de déjà-vu. Ces derniers mois, selon l’ONG Oil Change International, près de 151 milliards de dollars ont déjà été dépensés en soutien aux énergies fossiles dans les plans de relance des pays du G20, contre seulement 89 milliards de dollars consacrés aux énergies propres.

Par ailleurs, l’histoire peut rendre sceptique. En effet, le caractère néfaste, socialement contre-productif et contraire aux droits humains de nombre des projets soutenus par ces banques publiques est de longue date établi par divers acteurs de la société civile à travers le monde. En outre, les catastrophes climatiques survenues ces dernières semaines démontrent la fragilité de toute relance faisant fi du changement climatique. Celui-ci agit d’ailleurs comme un multiplicateur de la crise actuelle, puisqu’il aggrave la détresse sociale et porte atteinte aux droits humains. Indexer les financements sur une réponse environnementalement et socialement juste est donc primordial. C’est une priorité diplomatique affichée de la prochaine COP, prévue en 2021 à Glasgow.

En matière de finance climatique, la France a l’ambition d’être première de cordée, mais beaucoup reste à faire. Depuis 2009, plus de 9 milliards d’euros ont financé des projets pétroliers et gaziers, via les garanties publiques au commerce extérieur de la BPI. Total en a ainsi bénéficié pour le mégaprojet gazier au Mozambique, par ailleurs hautement contesté. Tartufferie ultime, à quelques semaines du sommet « Finance en commun », le gouvernement s’apprêterait à soutenir à nouveau l’extension du projet gazier dans l’Arctique, lui aussi mené par Total.

Organisatrice de ce sommet prévu dans le cadre du Forum de Paris sur la paix, la France déploie un important effort diplomatique. Il est indispensable qu’elle soit exemplaire et alloue chaque euro d’argent public à une relance écologique et solidaire. En somme, ce sommet dit « pour la paix » doit évidemment se saisir de la question du changement climatique, puisque celui-ci alimente conflits, guerres et atteintes aux droits humains.

Pour un alignement véritable avec l’accord de Paris et le maintien de l’augmentation de la température mondiale à seulement 1,5 °C, il faudrait réduire les émissions de moitié avant 2030, puis totalement d’ici à 2050. Pour ce faire, il est impératif de cesser de financer « toute entreprise qui développe l’extraction de fossiles ou les infrastructures, ou qui explore de nouvelles réserves (1) ». C’est cela que nous souhaitons entendre en novembre, plutôt que de vagues promesses pour une « neutralité carbone d’ici à 2050 ». La finance façonne notre présent et détermine notre avenir. C’est pourquoi, depuis des années, le mouvement en faveur du désinvestissement fossile et pour la justice climatique pousse les citoyen·nes à se réapproprier ces enjeux et à exercer un réel contrôle, empêchant ainsi que ne se prolonge ce fatal statu quo.

(1) « Principles for paris-aligned financial institutions », Rainforest Action Network, sur www.ran.org

Clémence Dubois Responsable France pour 350.org


Haut de page

Voir aussi

Mauvaise pente

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.