Un automne sale et méchant

Les éditions Christian Bourgois publient en poche le chef-d’œuvre du méconnu Maurice Pons. Une fable sombre et grotesque, fascinante.

Anaïs Heluin  • 28 octobre 2020 abonné·es
Un automne sale et méchant
© Ulf Andersen/Aurimages/AFP

Siméon n’a presque rien du plus connu des saints dont il porte le nom, sinon la pauvreté et l’isolement. Et encore le héros des Saisons de Maurice Pons subit-il ces difficultés au lieu de les choisir comme le fait son homonyme stylite. S’il arrive dans un village désolé « par le sentier de la cluse, vers le seizième mois de l’automne, qu’on appelait là-bas : la saison pourrie » – première phrase du livre, qui nous plonge d’emblée dans un microcosme étrange, avec ses règles propres –, c’est pour avoir fui des horreurs dont on ne nous dira pas grand-chose.

On pense

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes