Dossier : L’accord de Paris tombé aux oubliettes ?

Climat : En quête d’un nouveau souffle

Cinq ans après l’accord de Paris, les politiques climatiques sont loin d’être à la hauteur. Cependant, les annonces de la Chine et l’élection de Biden donnent l’espoir d’une nouvelle dynamique.

On s’était donné rendez-vous fin 2020 pour faire le point, une clause de revoyure qui apparaissait déjà tout aussi importante que l’accord de Paris lui-même. Adopté dans une euphorie ambivalente, le 12 décembre 2015, par 195 pays – la quasi-totalité de la communauté internationale –, le premier pacte climatique planétaire jamais scellé ne masquait rien de sa cruelle insuffisance. À Paris, les États faisaient la promesse de limiter le réchauffement climatique « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels » d’ici à 2100, « et de poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C ». Mais, alors qu’ils avaient auparavant rendu publics leurs objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, leur somme ne couvrait qu’à peine 30 % de l’effort global nécessaire, projetant une planète plus chaude de l’ordre de 3 à 4 °C d’ici à la fin du siècle, selon les modélisations climatiques. Cinq ans plus tard, il était convenu qu’on aurait mis en cohérence les discours de tribune et les intentions concrètes.

Il faudra attendre au moins jusqu’à l’an prochain pour assister à cette confrontation avec le réel. Prévue du 9 au 20 novembre dernier à Glasgow, lors de la conférence climatique internationale COP 26 (1), elle a été repoussée d’un an, crise sanitaire du Covid-19 oblige. Et ce sursis n’est pas pour déplaire aux gouvernements : à ce jour, seuls une vingtaine de petits pays ont révisé leur cible nationale de réduction des émissions et, selon les Nations unies, ils ne devraient être rejoints que par une soixantaine d’autres d’ici à la fin de l’année.

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.