Coopérer : une bataille culturelle

Être autonome, faire confiance, s’écouter… Cela s’apprend. À l’échelle d’un groupe ou grâce aux pédagogies alternatives, de nombreux efforts sont déployés pour façonner une culture de la coopération. Mais les obstacles sont nombreux.

Erwan Manac'h  • 16 décembre 2020 abonné·es
Coopérer : une bataille culturelle
L’école Freinet de Vence, avec le portrait du pédagogue.
© Frédéric Pasquini/AFP

Comment transmettre un esprit coopératif, inculquer l’art de décider et d’agir « en commun », apprendre à gérer les conflits de manière vertueuse ? Les réponses à ces questions sont nombreuses et déjà anciennes, même si leurs colporteur·trices sont habitué·es à les voir ressurgir sous des formes nouvelles.

Dès le plus jeune âge…

C’est notamment le constat de départ des pédagogies alternatives, et tout particulièrement des « techniques Freinet ». « Prendre la parole, être citoyen, ça ne s’apprend pas dans les livres, c’est en président un conseil des élèves et en prenant la parole devant ses camarades que l’on s’y forme », assure Agnès Joyeux, de l’Institut coopératif de l’école moderne (Icem). Cela nécessite de rompre avec certaines pratiques dominantes, qui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Publié dans le dossier
Gouverner sans chef, c'est possible
Temps de lecture : 8 minutes