Loi « séparatismes » : L’islamisme ciblé très large

Loin de son objet initial, les « séparatismes », la loi sur les « principes républicains » s’attaque à plusieurs fondements des libertés françaises. Appuyé par un discours délirant de la macronie.

C’est, paraît-il, l’un des derniers textes majeurs du quinquennat. Et pas le moins controversé. Le « projet de loi confortant les principes républicains » que le Conseil des ministres devait adopter mercredi 9 décembre, jour anniversaire de la loi sur la laïcité de 1905, ambitionne de fermer les angles morts de la République face à l’islamisme radical et au terrorisme jihadiste. Pour éviter d’apparaître comme stigmatisant l’ensemble des musulmans, le titre de la loi, dont le projet est apparu il y a plus de deux ans, n’a cessé d’évoluer, évoquant tour à tour la lutte contre le « communautarisme », puis contre les « séparatismes », avant ce nouvel intitulé adopté après le discours d’Emmanuel Macron le 2 octobre aux Mureaux, dont ce projet de loi est, nous assure-t-on, la traduction législative.

Dénué de référence à la religion ou à la laïcité dans son titre, le texte cible toutefois bel et bien l’islamisme avec une batterie de mesures qui font craindre aux représentants des quatre principales religions des effets collatéraux : neutralité des services publics étendue aux délégataires, contrôle accru du préfet sur les maires, contrat d’engagement républicain imposé aux associations subventionnées, élargissement du pouvoir de dissolution d’associations suspectes de radicalisation, renforcement de la transparence des conditions de l’exercice du culte, scolarisation obligatoire dès l’âge de 3 ans, création du délit de haine en ligne, ajouté après l’assassinat du professeur Samuel Paty, etc.

Comme bien des lois adoptées depuis 2017 dont les intitulés, miracle de la novlangue macronienne, étaient l’exact contraire de ce que leur contenu allait produire, gageons que ce projet de loi confortera moins les principes républicains qu’il ne les affaiblira.

Il reste 64% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.