Label Gamelle : « Ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on doit mal manger ! »

Créée pendant le second confinement, la Scop Label Gamelle, avec une certaine audace, se veut tournée vers la restauration pour les centres d’hébergement d’urgence. Pari réussi.

Jean-Claude Renard  • 17 février 2021 abonné·es
Label Gamelle : « Ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on doit mal manger ! »
L’équipe de Label Gamelle devant son propre camion de livraison.
© Patrice Normand

Au menu du déjeuner cette semaine : mafé de bœuf, pommes dauphines, crème aux œufs citron ; moussaka de bœuf et penne, cake. Au dîner, carry de volaille, riz créole aux raisins secs et fruit. Ou encore quiche saumon épinard, coleslaw, dégué ; tagine de légumes, merguez, semoule et yaourt le soir. Autre menu ? Hachis de veau Parmentier, blanc-manger à l’eau de fleur d’oranger ; paupiette de dinde et risetti aux légumes, petit pot de lait chocolat. Quelques jours auparavant, c’était pavé de colin, riz cantonais, gâteau de semoule au miel ; une brandade de poisson, ail et persil (c’est vieux comme le monde, mais ça marche toujours !), une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)