Dossier : Étudiant·es : La grande détresse

Ma cité U va craquer

Dans la résidence universitaire Paul-Appell, à Strasbourg, des étudiant·es témoignent d’un cumul de difficultés : isolement, précarité, éloignement des proches, difficultés à suivre les cours… Tous et toutes attendent fébrilement les signes d’un déconfinement. reportage

Tous les matins, c’est le même paysage. Cinq blocs épais coulés dans un même ciment. Et puis la cour, avec son gazon grisonnant et ses quelques arbres isolés. Sur le papier, toutes les cités universitaires se ressemblent ; la cité U Paul-Appell ne déroge pas à la règle. Avec 1 369 chambres de 10 mètres carrés, elle s’impose depuis 1957 comme l’une des principales résidences étudiantes de Strasbourg. Son style sommaire et ses façades délavées ne laissent pas de doute sur le public visé. Depuis novembre, des centaines d’étudiant·es précaires y vivent retranché·es. C’est à ces jeunes aussi qu’Emmanuel Macron s’adressait, le 21 janvier, depuis le campus flambant neuf de Paris-Saclay. Le Président s’est dédouané de la gestion erratique du confinement dans les campus à coups d’aphorismes lunaires tels que « chacun fait des erreurs, chaque jour » ou « celui qui ne fait pas d’erreur, c’est celui qui ne cherche pas ».

« Moi je n’ai pas le sentiment que le gouvernement ait tenté grand-chose, -voudrait lui répondre Steven, alors qu’il passe sa première année de géographie depuis sa chambre. Je ne comprends pas pourquoi notre ministre [de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal] est aussi peu présente. J’aurais aimé la voir aux côtés de Jean Castex et du ministre de la Santé dans les conférences de presse. On a l’impression que notre situation est la dernière préoccupation du -gouvernement. »

Quelques mois plus tôt, l’étudiant n’aurait jamais pensé être ouvertement critique à l’égard de la majorité, dont il se sentait proche. « En mars dernier, j’ai même milité pour LREM au premier tour des municipales, avant de déchanter. Imposer le distanciel comme ça, c’était absurde », martèle-t-il, en prenant pour exemple les « sorties terrain » de sa formation, -remplacées par des « excursions » sur Google Street View. « Le 26 janvier, j’ai fini par aller à la manifestation étudiante. C’était une première, pour moi. »

En trois ans à Paul-Appell, Steven a connu plusieurs chambres au sein des cinq bâtiments d’habitation, « avec leurs avantages et leurs inconvénients ». Niché depuis septembre au huitième étage du bâtiment C, il a gagné une jolie vue sur le bassin d’Austerlitz et ses docks. « Pas mal, le panorama, mais j’aurais quand même préféré un radiateur qui fonctionne », glisse-t-il avec un sourire, en refermant la fenêtre. Dans sa petite pièce allongée, les photos de famille se mêlent aux feuilles entassées, les romans fantastiques aux livres scolaires, et les cartes de France à celle de Westeros [continent fictif du Trône de fer]. _« J’ai l’impression que certains découvrent que nos conditions de vie ne sont pas géniales. C’est peut-être parce que la plupart des élus n’ont jamais vécu dans une cité U. »

Il reste 69% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.