Chez Ikea, les meubles ont des oreilles

Dix cadres et quatre policiers sont jugés pour avoir systématisé les enquêtes sur la vie privée de salariés du groupe.

Erwan Manac'h  • 24 mars 2021 abonné·es
Chez Ikea, les meubles ont des oreilles
© Jeff PACHOUD / AFP

Un système généralisé d’espionnage est au cœur du procès d’Ikea France et de dix de ses cadres, ouvert le 22 mars devant le tribunal correctionnel de Versailles pour deux semaines. Cette imposante affaire de barbouzerie et de fichage explose en février 2012 dans les colonnes du Canard enchaîné et de Mediapart, avec la fuite d’une centaine d’e-mails internes montrant comment la multinationale suédoise s’est

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)