Dans les Hauts-de-France, l’union de la gauche donne des idées

Une alliance inédite dès le premier tour entre EELV, La France insoumise, le PCF et le PS, derrière l’écologiste Karima Delli.

Politis  • 17 mars 2021
Partager :
Dans les Hauts-de-France, l’union de la gauche donne des idées
© Benoit Durand/Hans Lucas/AFP

Pour Xavier Bertrand, les régionales ne devaient être qu’une formalité avant la présidentielle. L’annonce, le 11 mars, d’une liste d’union à gauche dans les Hauts-de-France derrière l’écologiste Karima Delli fait dérailler le storytelling. Inédite, cette alliance dès le premier tour entre EELV, La France insoumise, le PCF et le PS attise subitement l’attention des médias, qui interrogent la perspective d’une candidature unique à gauche en 2022. Pour l’heure, Karima Delli tempère, insiste sur le contexte local : « Dans notre région, nous avons pris conscience de la nécessité de s’unir dès l’échec de 2015. » La gauche s’était alors retirée du second tour du scrutin régional pour faire barrage au FN et n’avait obtenu aucun élu. « Depuis, nous sommes dans une situation difficile, avec une droite au pouvoir qui cumule des retards coupables sur la transition énergétique et une politique de casse sociale. De l’autre côté, nous avons une extrême droite qui veut accroître son emprise suffocante sur la région. »

Lorsqu’elle est désignée tête de liste d’EELV, en octobre 2020, Karima Delli entame rapidement des pourparlers avec les autres chefs de file. La première place n’étant pas pour elle une condition bloquante, LFI se range derrière elle dès le 2 mars, comme le Parti de gauche six ans plus tôt avec Sandrine Rousseau. « J’ai été élevée à l’école de l’écologie populaire, explique la candidate. Ici tout le monde a compris que, lorsqu’on sabote l’environnement, ce sont d’abord les pauvres qui trinquent. » Pour sceller l’alliance, les quatre partis devront encore s’entendre sur la composition des listes départementales, puis faire valider l’accord par leurs instances respectives.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »
Entretien 17 avril 2024 abonné·es

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »

Peter Mertens, député et secrétaire général du Parti du travail de Belgique, publie Mutinerie. Il appelle à multiplier les mobilisations contre l’Europe néolibérale et austéritaire sur tout le Vieux Continent.
Par Olivier Doubre
« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 
Politique 12 avril 2024 abonné·es

« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 

À la peine dans les sondages pour les élections européennes, avec une campagne qui patine, le parti écologiste se déchire sur fond d’affaire Julien Bayou. La secrétaire nationale, Marine Tondelier, tente d’éteindre le démon de la division.
Par Nils Wilcke
« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »
Entretien 11 avril 2024 abonné·es

« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »

À deux mois des élections européennes, l’ONG internationale Avaaz part en campagne contre le parti de Jordan Bardella et Marine Le Pen dont les sulfureux liens internationaux sont inquiétants.
Par Michel Soudais
« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »
Entretien 10 avril 2024 libéré

« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »

Le professeur de science politique Philippe Marlière est coauteur d’un court ouvrage étrillant la classe politique française et interpellant six personnalités (dont Hollande, Macron, Mélenchon). Pour lui, la gauche doit se repenser si elle souhaite devenir majoritaire.
Par Lucas Sarafian