Denis Gravouil : « Il ne suffira pas de rouvrir les salles ! »

Sans des aides à la hauteur, le monde de la culture va à la catastrophe, s’alarme le syndicaliste Denis Gravouil.

Sa réunion avec Roselyne Bachelot, lundi 22 mars, a été annulée : la ministre de la Culture est malade du Covid-19. Elle aurait sans nul doute été conflictuelle, indique le syndicaliste Denis Gravouil, qui considère les aides annoncées le 11 mars comme dérisoires face au péril massif qui guette le monde de la culture.

Une rallonge de 30 millions d’euros pour la culture, c’est quand même une petite victoire ?

Denis Gravouil : Soit 20 millions d’euros pour l’emploi des équipes artistiques et 10 millions d’euros pour les jeunes qui n’ont rien ? Une aumône ! Ça va plutôt alimenter la mobilisation que la calmer. Ce sont des miettes, il faudrait vingt fois plus.

Une réouverture rapide des lieux de culture permettrait-elle de sauver les meubles ?

Nous souhaitons bien sûr pouvoir travailler à nouveau au plus vite, exercer notre art et retrouver le public, qui nous attend. Mais, dans l’état actuel du secteur, après près d’une année d’arrêt, moins d’un tiers des personnes retrouveraient du travail au redémarrage, en raison de jauges réduites, du report de l’autorisation des concerts debout, de la réduction du format des festivals, etc. Au cinéma, un stock de 200 films attendent leur diffusion. Embouteillage en prévision, avec des réductions d’emploi. Alors le vrai sujet dépasse largement la réouverture des portes, il faut un véritable plan de reprise, avec des aides massives pour les résidences de création et l’emploi.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.