François Cusset : Le monde de pendant

Avec Génie du confinement, François Cusset signe un ouvrage aux confins de la réflexion et de la fiction sur nos vies enfermées, tissées d’injustices et d’absurdités. Et d’étincelles de légèreté.

Retour en arrière. Avec quelques chiffres, un chapelet de lieux et de dates. Le 22 janvier 2020, trois villes de la province de Hubei, en Chine, totalisant près de vingt millions d’habitants, sont placées en confinement strict. Une poignée de semaines plus tard, dans la première semaine d’avril, on compte plus de quatre milliards de personnes confinées dans le monde. Derrière les persiennes et les volets fermés, derrière les crépis, les tôles et les murs. Arrive, écrit d’emblée François Cusset, « loin de toute allégorie, le cortège orwellien des décrets arbitraires, des mesures répressives, des libertés suspendues, à commencer par la plus tangible de toutes, celle d’aller et venir, le cortège des délaissés qu’on abandonne et des entassés qu’on laisse s’entasser, des résistances qui ne sont plus de mise et de la démocratie qui n’est plus qu’un luxe inutile ». Le confinement de 2020 est tombé comme une chape, poursuit François Cusset, « tuant les plus seuls et les plus fragiles, imposant aux autres l’angoisse, le désarroi, la promiscuité domestique, la claustrophobie, la sujétion inédite aux autorités. La paupérisation partout, et l’avenir bouché. Et l’explosion, aussi, des délires complotistes et des états dépressifs ».

Les conséquences à moyen terme sont encore à venir. On les pressent. Certaines ont déjà eu lieu. « Le confinement fut plein de noisettes de temps libre et de pensées divagantes. » Alors allons-y ! Sachant qu’il n’y a pas qu’un génie dans cette histoire, mais au moins trois. « Le malin génie de ceux qui en profitèrent pour accaparer nos vies, faiseurs de lois et imposeurs d’écrans, dont on peut dire que, s’ils avaient tout fomenté, c’eût été effectivement du génie ; le génie rusé, adverse, de ceux qui en firent l’occasion, providentielle, de retrouver une prise, de reprendre vie ; et entre les deux, pour tous les autres, le génie indécis, nébuleux, qu’a laissé s’échapper pendant quelques semaines cette lampe de confinement, merveilleuse et terrifiante à la fois. » Qui emportera la partie ? Ha ! Ha !

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.