Najah Albukai : La Syrie à perpétuité

Arrivé en France en 2015, Najah Albukai témoigne par le dessin et la gravure de l’horreur vécue en prison à Damas entre 2012 et 2014.

Anaïs Heluin  • 14 avril 2021 abonné·es
Najah Albukai : La Syrie à perpétuité
© DR

Faites d’un entrelacs de traits noirs, elles semblent réchapper d’une obscurité plus épaisse que la nuit. Souvent amassées, ployant sous une charge qui n’est pas toujours visible, les figures de Najah Albukai peuplent le papier comme une image récurrente le fait d’un cauchemar. Impossible de trouver la distance juste pour les regarder : face à la douleur, à la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes