Vaccins : Pour les pays pauvres, une solidarité de façade

Les États du Nord se sont réservé des millions de doses de vaccins dès l’été. Ceux à revenu faible en reçoivent au compte-gouttes ou en commandent à la Chine et à la Russie.

Rachel Knaebel  • 14 avril 2021 abonné·es
Vaccins : Pour les pays pauvres, une solidarité de façade
Sur l’aéroport d’Harare, au Zimbabwe, pour la livraison, le 16 mars, d’une cargaison de vaccins Sinopharm.
© Tafadzwa Ufumeli / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP

Si la campagne vaccinale peut sembler trop lente en France, elle y est bien plus rapide que dans un grand nombre de pays du Sud, surtout les plus pauvres. En Iran, qui a été l’un des premiers territoires atteints après la Chine, seulement 0,2 % des habitants ont été vaccinés. 0,8 % de la population a reçu une première dose aux Philippines, 0,3 % en Irak, 0,5 % au Nigeria, moins de 0,1 % au Mali (1)…

Dès l’été 2020, avant même que les -premiers vaccins ne soient autorisés, les États-Unis, l’Union européenne, le Canada et le Royaume-Uni étaient déjà en train de précommander des centaines de millions de doses pour leurs populations, laissant peu d’espoir à l’Afrique et aux pays pauvres d’Asie et du Moyen-Orient de pouvoir s’approvisionner à leur tour avant de long mois. L’ONG Oxfam alertait, il y a six mois, sur le fait que les pays riches, représentant seulement 13 % de la population mondiale, avaient déjà mis la main sur plus de la moitié des doses des principaux vaccins alors à l’étude contre le Covid-19.

Aujourd’hui, les pays à haut revenu ont acquis plus de 4,6 milliards de doses de vaccins, quand les plus pauvres n’en ont que 770 millions (2).

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
En Ukraine, les affres de l’enrôlement
Reportage 21 février 2024 abonné·es

En Ukraine, les affres de l’enrôlement

Deux ans après le début de l’invasion russe, les besoins de l’armée ukrainienne, estimés à 500 000 nouveaux combattants, vont croissant. Mais la mobilisation est de plus en plus difficile.
Par Hugo Lautissier
« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens
Reportage 15 février 2024

« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens

Alors qu’Israël a annoncé une offensive militaire imminente à Rafah, où sont déplacés 1,4 million de Palestiniens, un rassemblement a eu lieu le 14 février dans la capitale devant le ministère des Affaires étrangères pour appeler la France à agir.
Par Pauline Migevant