Algérie : Quand les Kabyles relèvent la tête

L’historien Ali Guenoun retrace la place des contestations « berbéristes » dans le mouvement national algérien, depuis l’après-guerre jusqu’au récent mouvement du Hirak.

C’est peu de dire que l’ouvrage d’Ali Guenoun sur « la question kabyle dans le nationalisme algérien » est une recherche particulièrement fouillée. L’auteur mêle des sources – « exceptionnelles », selon son préfacier et directeur de thèse, l’anthropologue Omar Carlier – orales et écrites, aussi bien côté nationaliste que tirées des archives coloniales, renouvelant en profondeur la compréhension d’une thématique ancienne pour la nation algérienne. Non sans oublier ses conséquences contemporaines dans la contestation du pouvoir à Alger au sein du Hirak, où le drapeau amazigh fut, comme rarement, bien visible, suscitant un réflexe répressif chez les autorités.

Mais l’ouvrage d’Ali Guenoun vient surtout défricher un épisode important quoique mal connu de l’histoire du nationalisme algérien : celui de la crise dite « berbériste » en 1949 au sein de la principale organisation politique nationaliste à l’époque, le Parti du peuple algérien/Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (PPA/MTLD), sous l’égide de Messali Hadj.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.