Dossier : Allô Bercy ? : Les enrichis de la pandémie

Allô Bercy ? : Les enrichis de la pandémie

Les 51 milliards d’euros d'aides publiques aux entreprises pour faire face au covid ont été distribués sans contreparties, selon l’Observatoire des multinationales, qui publie le 26 mai son second rapport « Allô Bercy ? Pas d’aides publiques aux grandes entreprises sans conditions ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Cinquante et un milliards d’euros. L’année de pandémie, du blocage partiel de l’économie, du couvre-feu et de la « guerre sanitaire » n’aura eu qu’un effet limité sur la masse d’argent qui remonte aux actionnaires des entreprises du CAC 40 sous la forme de dividendes ou de rachats d’actions. 51 milliards d’euros, c’est l’équivalent des budgets cumulés des ministères de l’Écologie et de la Solidarité, ou du tiers de l’aide déployée par la France pour amortir la pandémie.

À la lumière de la crise, on redécouvre donc la déconnexion du CAC 40 avec l’économie réelle. On réalise le caractère inéluctable de la financiarisation des grandes entreprises et la vacuité de l’argumentaire qui s’était installé pour la légitimer. Cette idée selon laquelle l’argent capté par les actionnaires et les grands patrons serait la juste rétribution du risque qu’ils acceptent d’endosser. Idée qui s’évapore à la minute où le péril survient.

La crise souligne aussi la paradoxale impuissance de l’État, alors qu’il dispose exceptionnellement de moyens illimités. 27 groupes du CAC 40 au moins ont perçu du chômage partiel, à quoi s’ajoute l’argent injecté par la Banque centrale européenne pour soutenir leur trésorerie et 10 milliards de baisses d’impôt. Que ces entreprises distribuent des dividendes irrationnels ou des salaires indécents, qu’elles polluent ou qu’elles licencient n’aura pas d’impact sur les aides qu’elles perçoivent. Voilà le tableau mis en évidence par le travail de décryptage de l’Observatoire des multinationales, qui publiait mercredi 26 mai son second rapport « Allô Bercy ? Pas d’aides publiques aux grandes entreprises sans conditions », tirant le véritable bilan du CAC 40 et des aides perçues durant la pandémie. Il appelle un examen approfondi de ce gigantesque effort national, pour déterminer s’il permet réellement de transformer l’économie, ou sert prioritairement à préserver la rente.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.