L’écologie décoloniale au cœur de la marche contre l’agrochimie

Différents cortèges bravaient la pluie samedi pour dénoncer l’usage écocidaire des pesticides.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La marche annuelle contre Monsanto et l’agrochimie s’est déroulée sous les averses de pluie et les effluves de gaz lacrymogène à Paris. Depuis neuf ans, des dizaines d'associations se mobilisent pour réclamer de nouveaux modèles agricoles et une justice environnementale. Quelques 300 personnes étaient réunies place Stalingrad, malgré la météo bien incertaine.

Du Vietnam aux Antilles, des corps pollués

Tran To Nga et son petit-fils menaient le cortège du collectif Vietnam Dioxine, qui dénonce les conséquences mortelles de l’Agent orange et demandent réparation aux entreprises impliquées dans son utilisation pendant la guerre.

À lire > Agent orange : la plainte de Tran To Nga jugée irrecevable

Le collectif Zéro Chlordécone Zéro Pesticide a rythmé le trajet avec son impressionnante batucada. Malcom Ferdinand, auteur du livre L'Écologie décoloniale, marchait avec eux, appelant à se mobiliser davantage pour les outre-mer, où les toxiques font ravage. En Guadeloupe et en Martinique, plus de 90 % de la population adulte est contaminée, selon Santé publique France.

À lire > Chlordécone du secret d’état au scandale d’état

Les derniers mots de Canelle, chargée de communication du COAADEP, le Collectif des ouvrier.es agricoles et de leurs ayant-droits empoisonné.es par les pesticides, iront dans ce sens : « Aujourd’hui au sein de la lutte environnementale beaucoup s'étouffent avec les termes de race et de colonial, il est grand temps qu’on arrête de nier nos réalités. »


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.