Renaud, légende béton

La Philharmonie de Paris célèbre le chanteur français avec un matériau riche mais une tendance dommageable à l’hagiographie.

Renaud n’est pas mort, malgré les rumeurs sur son état de santé dont nous abreuve la presse people depuis des années. Renaud n’est pas mort, mais a pourtant droit à une exposition retraçant sa vie et sa carrière musicale, à la Philharmonie de Paris. C’est dire si le chanteur est une icône. Des géants, on en compte bon nombre sur les clichés qui parcourent l’exposition. Desproges, Gainsbourg, Brassens, Coluche… Ses modèles, ses copains, tous morts, pas lui. « Une expo de son (mon) vivant – ou ce qu’il en reste – c’est franchement pas ordinaire, faut bien dire. » C’est par ces mots, et avec l’humour qui le caractérise, que le chanteur accueille les spectateurs venus le célébrer.

Consacrer une exposition à Renaud, l’un des plus grands chanteurs de l’Hexagone, c’est faire face à des choix cornéliens. Par quel bout prendre cette vie, cette œuvre ? Un peu tous, semblent avoir répondu les commissaires de l’exposition : David Séchan, frère jumeau de l’artiste, et Johanna Copans, auteure d’une thèse sur Renaud.

L’intimité du cocon familial qui a vu naître le chanteur du côté de la porte -d’Orléans, les barricades de Mai 68 qui furent pour lui une seconde naissance, l’univers musical de l’artiste, ses nombreux engagements, ses liens avec Charlie Hebdo, son rapport à l’enfance, ses performances live… Sans chercher une exhaustivité inatteignable, l’exposition se veut multiface, quitte à en devenir par moments superficielle.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.