Sahara occidental : Le Maroc utilise les migrants pour se venger

Le Royaume reproche à l'Espagne d'accueillir pour raisons de santé le chef du Front Polisario.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Certains étaient en maillot de bain. D’autres en T-shirt, trempés. Ce sont surtout des hommes jeunes, dont au moins un quart de mineurs. La plupart marocains, mais aussi originaires d’Afrique subsaharienne. Plus de 8 000 auraient franchi illégalement – beaucoup à la nage – la frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta, qui fait face à Gibraltar. Pénétrant ainsi… dans l’Union européenne.

Tout comme la Turquie d’Erdogan et la Libye post-Kadhafi l’ont déjà fait ces dernières années, Rabat a « ouvert les vannes » depuis le 17 mai, laissant ainsi « déferler » des milliers de migrants vers le territoire espagnol. Objet de son mécontentement ? L’accueil pour raisons de santé dans un hôpital du nord de l’Espagne de Brahim Ghali, président de la République arabe sahraouie démocratique en exil (RASD) et chef du Front Polisario, le mouvement luttant contre la colonisation marocaine depuis 1975 de l’ex-colonie espagnole.

Madrid a immédiatement envoyé des forces de sécurité supplémentaires dans ses deux enclaves, permettant de « renvoyer » tout de suite 4 000 de ces migrants en territoire marocain. L’accueil « sanitaire » en Espagne du chef du Polisario intervient suite à des mois de tensions avec le Maroc et à la rupture du cessez-le-feu en novembre, après que le Maroc a tenté d’imposer par la force un point de passage vers la Mauritanie, sous contrôle sahraoui selon les accords de cessez-le-feu de 1991, signés sous l’égide de l’ONU. Le Maroc continue ainsi de vouloir passer en force. À l’encontre du droit international. Et dans une pure logique coloniale.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.