Lepénisation des esprits, les digues ont sauté

Poussé par certains médias, le RN impose son programme dans les discours et dans les lois jusqu’au sein de la gauche. Sans aucun impact sur ses résultats électoraux. Un naufrage démocratique.

Michel Soudais  • 9 juin 2021 abonné·es
Lepénisation des esprits, les digues ont sauté
© BAPTISTE ROMAN/AFP

Les idées d’extrême droite imprègnent de plus en plus le débat public. Emmanuel Macron, élu pour faire barrage à Marine Le Pen, a conçu le projet, voilà déjà presque deux ans, de la concurrencer sur les sujets dits, non sans une pointe de pédanterie, « régaliens ». Soit la lutte contre l’insécurité, l’immigration et le communautarisme. Sur ces terrains, de la loi sécurité globale à la loi sur le séparatisme, en passant par la chasse à l’islamo-gauchisme ou la suppression de l’Observatoire sur la laïcité, venant après la très sinistre loi asile et immigration et les poursuites contre ceux qui viennent en aide aux migrants et réfugiés, le gouvernement a multiplié les clins d’œil à l’extrême droite, en reprenant ses obsessions, son vocabulaire et certaines de ses propositions. Non sans surenchères.

On a ainsi vu en février un Gérald Darmanin juger Marine Le Pen « un peu molle » face à l’islamisme dans un débat sur France 2. Dans une confrontation plus confidentielle organisée par TV Rennes et Ouest France, le 19 février, Florian Bachelier, premier questeur LREM de l’Assemblée nationale, et Gilles Pennelle, vieux routier du parti lepéniste, regrettaient que la loi séparatisme n’aille « pas assez loin ». Sur CNews, le 4 juin, Xavier Iacovelli, vice-président du groupe LREM au Sénat, vantait ainsi l’action du gouvernement face à une députée LR : « Aujourd’hui on a 30 % de moins de naturalisations que lorsque vous étiez aux affaires avec François Fillon et on a 30 % de plus de reconduites à la frontière. »

Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement prétend réduire l’audience électorale de l’extrême droite en répondant aux prétendues inquiétudes de son électorat. Après la présidentielle de 2002, qui avait vu Jean-Marie Le Pen se qualifier pour

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian