Avignon In : Le triomphe de l’intimité

Au-delà des grandes formes attendues, dont La Cerisaie de Tiago Rodrigues, ce sont les pièces plus modestes qui expriment le mieux force et singularité.

Cette année plus encore que les autres, le Festival d’Avignon est l’occasion d’interroger nos envies, nos besoins de théâtre. Après un an d’interruption et de nombreux mois de fermeture des scènes, l’ouverture de la 75e édition de ce grand rendez-vous ravive et concentre toutes les questions que nous avons pu nous poser en tant que spectateurs ou acteurs du spectacle vivant. Deux d’entre elles, surtout. Faut-il reprendre le chemin de la création selon les mêmes mécanismes de diffusion et de production, qui préexistent de deux ans au moins aux spectacles eux-mêmes et encouragent sans cesse la nouveauté ? Et le développement de formes légères, -adaptables à toutes situations, doit-il continuer d’être soutenu, et comment ? La déception causée par les premières grandes formes très attendues du festival et le plaisir de découvrir des pièces plus légères en matière technique et humaine aiguillent nos réflexions.

La déception commence dans la Cour d’honneur du Palais des papes, où le festival s’est ouvert avec une Cerisaie qui, pour plusieurs raisons, était sur toutes les lèvres. Déjà, parce qu’elle symbolise le retour de la grande manifestation théâtrale après une année d’interruption. Aussi pour la bonne raison que, le matin de la première de cette mise en scène de l’ultime pièce de Tchekhov, l’auteur et metteur en scène portugais Tiago Rodrigues, directeur du Théâtre national de Lisbonne depuis huit ans, a été nommé à la tête du festival pour succéder à Olivier Py. Enfin, par la présence d’Isabelle Huppert, dans le rôle de l’aristocrate Lioubov. Une « victime sacrificielle des dieux du changement », une héroïne tragique perdue dans un drame tragique.

La vie peine à se frayer un chemin sur le vaste plateau, traversé par des rails sur lesquels se déplacent deux mini-scènes décorées de lustres accrochés à des tiges de réverbère.

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.