Avignon off : Un rêve de théâtre

Dans Le Cabaret des absents, François Cervantes s’inspire de l’histoire du Théâtre du Gymnase, à Marseille, pour imaginer un lieu de spectacle fou et idéal. Un carrefour de récits, refuge pour toutes les solitudes.

Le théâtre, pour François Cervantes, est un espace de rencontres, de dialogues impossibles ailleurs ou presque. C’est un lieu où l’on traverse le monde à la suite d’acteurs engagés, lit-on sur le site de sa compagnie L’Entreprise, fondée en 1986 dans « une recherche sur les déchirures et les liens entre le corps et le verbe, entre tradition et création ». Dans Prison possession (2014),par exemple, il raconte lui-même sa longue relation épistolaire avec un détenu. Dans Face à Médée (2017), il permet la…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.