De l’éthique dans les valises

Le secteur du voyage responsable s’étend mais reste réservé aux classes favorisées, faute d’une politique publique.

Sarah Dumeau  • 7 juillet 2021 abonné·es
De l’éthique dans les valises
L’été dernier en France, les séjours en pleine nature ont été plébiscités.
© Philippe Roy/Philippe Roy/Aurimages/AFP

Faire du tai-chi au bord du lac Titicaca, dans un lieu préservé du tourisme de masse. Prendre le temps de randonner dans le village de Chinchero, au Pérou, et découvrir des ruines incas. Voir le Machu Picchu hors des sentiers battus. Et, pour quelques centaines d’euros de plus, passer quatre jours à partager les traditions des habitants de Patapampa, un village péruvien perché à plus de 4 800 mètres d’altitude.

Ce séjour est proposé par Terres des Andes, une agence de voyages spécialisée dans le tourisme éthique, appelé aussi tourisme écoresponsable ou solidaire. Soit une façon de voyager qui cherche à respecter les enjeux du développement local – en réinvestissant par exemple une partie du prix du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes