De l’éthique dans les valises

Le secteur du voyage responsable s’étend mais reste réservé aux classes favorisées, faute d’une politique publique.

Faire du tai-chi au bord du lac Titicaca, dans un lieu préservé du tourisme de masse. Prendre le temps de randonner dans le village de Chinchero, au Pérou, et découvrir des ruines incas. Voir le Machu Picchu hors des sentiers battus. Et, pour quelques centaines d’euros de plus, passer quatre jours à partager les traditions des habitants de Patapampa, un village péruvien perché à plus de 4 800 mètres d’altitude. Ce séjour est proposé par Terres des Andes, une agence de voyages spécialisée dans le tourisme…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.