Dossier : Nos corps en bataille

Des cheveux, faisons table rase

Alors que la chevelure reste identifiée comme le symbole de la féminité, on voit apparaître de plus en plus de crânes nus dans les magazines, sur nos écrans…

Et dans la rue, souvent lors des mobilisations féministes. « Sans parler de mode, dans les collectifs et mouvements, nous sommes plus nombreuses qu’avant », estime Laura, qui participe aux colleuses de Paris. Parce que l’on entretient un lien intime avec ses cheveux, celui-ci est de fait politique. La jeune femme de 28 ans a franchi le pas il y a cinq ans. « On a pu penser que c’était un coup de tête, sourit-elle. Mais cela faisait longtemps que j’y réfléchissais. Je ne me voyais qu’à travers ma longue…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.