Justice : Bagui Traoré, acquitté !

Le frère d’Adama et Assa Traoré a été acquitté des accusations de tentatives de meurtre sur des gendarmes.

Politis  • 14 juillet 2021
Partager :
Justice : Bagui Traoré, acquitté !
© Lucas BARIOULET / AFP

Après 4 ans et 5 mois derrière les barreaux, Bagui Traoré a été acquitté le 9 juillet des accusations de tentatives de meurtre sur des gendarmes pendant les émeutes déclenchées par la mort de son frère Adama à la gendarmerie de Persan (95) en 2016. Le 2 mars 2017, Bagui Traoré, 29 ans, était placé en détention provisoire, accusé d’avoir tiré sur les forces de l’ordre. Le parquet général a admis que ces accusations ne reposent sur aucun élément tangible : « Quand on n’a pas de preuves, on en tire les conséquences », a admis le procureur en réclamant l’acquittement. Un aveu qui fait éclater l’aspect politique des accusations portées contre le frère d’Adama Traoré, dont la mort entre les mains des gendarmes n’a pas encore fait l’objet d’un procès, ni même de mises en examen.

« La justice ne peut pas se passer de preuves, or c’est ce qu’il s’est passé dans le cas de Bagui Traoré, a justifié le président de la cour Marc Trévidic. Personne, ni dans la procédure ni à l’audience, n’a indiqué l’avoir vu tirer sur des forces de l’ordre ou même s’être tenu à proximité d’un tireur. De même, personne ne l’a entendu donner des consignes ou avoir fourni une arme à feu. L’enquête en était restée aux simples hypothèses et un débat sur de simples hypothèses a certainement sa place dans un bureau d’enquêteurs mais pas devant une cour d’assises. » Deux hommes ont en revanche écopé de douze et huit ans de prison.

Bagui Traoré est donc libre après plus de quatre années derrière les barreaux. Un emprisonnement qui mêle de la détention provisoire et des peines de prison suite à deux condamnations sans rapport avec les émeutes de Beaumont – l’une pour extorsions et escroqueries sur personnes vulnérables. Un mécanisme que dénonce Florian Lastelle, l’un de ses avocats, à Libération : « Ces peines, qui auraient pu être aménagées, ont été exécutées parce que mon client était sous mandat de dépôt. » La détention provisoire a eu pour effet de le maintenir derrière les barreaux. Il n’était en détention provisoire « pure » que depuis mars 2021.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Amnesty International alerte sur les dangers de l’intelligence artificielle
Libertés 24 avril 2024 abonné·es

Amnesty International alerte sur les dangers de l’intelligence artificielle

Ce mercredi 24 avril, l’ONG publie son rapport annuel sur la situation des droits humains dans le monde. Un volet important est accordé cette année aux technologies de l’IA et à leurs impacts.
Par Tristan Dereuddre
« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »
Sociologie 19 avril 2024 abonné·es

« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »

Ulysse Rabaté, chercheur en science politique de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, retrace dans son ouvrage Streetologie la culture de vie des quartiers populaires comme moteur à pratiques politiques.
Par Léa Lebastard
­À la Maison des métallos, des mineurs isolés se mobilisent pour leurs droits
Luttes 18 avril 2024 abonné·es

­À la Maison des métallos, des mineurs isolés se mobilisent pour leurs droits

Depuis le 6 avril, des mineurs isolés du collectif des jeunes du parc de Belleville ont décidé d’occuper ce lieu parisien symbolique des luttes sociales, pour dénoncer leur situation, davantage fragilisée par l’arrivée des Jeux olympiques.
Par Léa Lebastard
Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus
Justice 18 avril 2024 abonné·es

Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus

Les 2 et 3 avril derniers, à Paris, Jean-Noël « Txetx » Etcheverry et Béatrice Molle-Haran répondaient de leur participation à l’opération de désarmement de l’organisation de lutte armée ETA en 2016, à Louhossoa, au Pays basque. Avec cette question : un acte illégal, mais qui s’est avéré légitime, mérite-t-il d’être puni ?
Par Patrick Piro