Dossier : Nos corps en bataille

Vivre avec l’endométriose : Fanny Pandolfi, 37 ans, vétérinaire

« On a mis un mot sur ta douleur mais tu ne sais pas pourquoi tu l’as, ni comment tu vas la guérir. »

J’ai eu des règles douloureuses quasiment dès l’adolescence, mais on te dit « les règles, ça fait mal, c’est normal ». Donc j’ai accepté de subir la douleur, même si elle a augmenté avec le temps. Dans la période entre l’ovulation et les règles, c’était un supplice, j’avais le ventre bétonné. Au moment des règles, j’avais l’impression qu’on me transperçait les intestins avec un poignard, au point que parfois ça m’arrêtait net dans un mouvement et que j’étais presque incapable de rester debout.

J’avais bien sûr consulté des gynécos, mais personne n’avait évoqué l’endométriose. Elle a été diagnostiquée quand j’avais 32 ans, alors que je m’interrogeais sur la persistance de certains symptômes malgré une intervention consécutive à une dyskératose du col de l’utérus.

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.